Grève des avocats: le procès en appel des Balkany repoussé à mardi

Grève des avocats: le procès en appel des Balkany repoussé à mardi

Le procès en appel pour blanchiment aggravé de fraude fiscale de Patrick et Isabelle Balkany a été repoussé jusqu'à mardi, à la demande de leurs...
Public Sénat

Par Sofia BOUDERBALA

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le procès en appel pour blanchiment aggravé de fraude fiscale de Patrick et Isabelle Balkany a été repoussé jusqu'à mardi, à la demande de leurs avocats, en grève contre le projet de réforme des retraites menaçant leur régime autonome.

La présidente de la cour d'appel Sophie Clément a "suspendu les débats jusqu'à mardi", 13H30, immédiatement après l'ouverture du procès.

L'ancien bâtonnier Pierre-Olivier Sur a demandé cette suspension au nom des avocats de la défense, pour pouvoir "aller manifester" contre une réforme qui va "multiplier par deux les cotisations" retraite et "mettre en danger financièrement plus d'un tiers des avocats" de France.

Présente seule sur le banc des prévenues, Isabelle Balkany, 72 ans, a indiqué qu'elle "garderait le silence" pendant les débats.

"Aujourd'hui mon ultime combat, c'est de sauver mon mari, parce qu'il est en danger (...) parce que la justice n'a pas fait preuve de justesse. Donc je ne dirai plus rien", a-t-elle déclaré à la sortie.

Dans une lettre à la cour lue à l'audience, Patrick Balkany, 71 ans, a lui-même évoqué son "épuisement physique et psychologique", expliquant qu'il était "incapable d'assister aux débats" et serait représenté par son avocat, comme il en a le droit.

L'ancien baron des Hauts-de-Seine, incarcéré à la maison d'arrêt parisienne de la Santé depuis sa condamnation en septembre à quatre ans de prison pour fraude, a été hospitalisé à plusieurs reprises depuis la mi-décembre.

Après un procès en appel pour fraude en décembre, le couple va être rejugé pour blanchiment.

- Offshore panaméenne -

Le couple est soupçonné d'avoir caché 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, Pamplemousse à Saint-Martin et Dar Guycy à Marrakech.

S'ils ont reconnu quelques "fautes" et la propriété de la villa antillaise, ils contestent vigoureusement le montant des avoirs en cause et se targuent de n'avoir jamais détourné "un centime d'argent public".

Le parquet a fait savoir qu'il ne poursuivrait pas en appel Patrick Balkany pour "corruption" - le tribunal ayant relaxé tous les prévenus de ce délit en première instance - mais cette fois pour "prise illégale d'intérêt".

Le 18 octobre dernier, le tribunal avait condamné l'édile à cinq ans de prison pour blanchiment, avec incarcération immédiate. Isabelle Balkany s'était vue infliger quatre ans d'emprisonnement, mais sans mandat de dépôt, eu égard à sa santé fragile.

Tous deux avaient été condamnés à dix ans d'inéligibilité et le tribunal avait ordonné la saisie de leurs biens et avoirs, notamment leur moulin à Giverny (Eure).

Patrick Balkany arrive au tribunal correctionnel de Paris le 22 mai 2019
Patrick Balkany arrive au tribunal correctionnel de Paris le 22 mai 2019
AFP/Archives

Devançant cette éventualité - la cour d'appel doit rendre son arrêt le 4 mars -, les Balkany ont renoncé à se présenter aux municipales, non sans dénoncer la "confiscation" du suffrage universel par la justice.

Leur procès en appel pour blanchiment est prévu jusqu'au 19 février.

Au coeur du dossier, luxueuses villas et chapelet de sociétés offshore. Les Balkany persistent à nier détenir un riad à Marrakech. Et ce, en dépit des peignoirs brodés aux initiales "PB", des livres dédicacés, des meubles payés par Isabelle Balkany.

En première instance, le tribunal a relevé la complexité des opérations entourant l'acquisition du riad, acheté en janvier 2010 par une SCI marocaine, elle-même détenue par une société-écran panaméenne.

Les juges ont sanctionné tous les auteurs de blanchiment, condamnant à de la prison avec sursis l'avocat Arnaud Claude et Jean-Pierre Aubry, des fidèles du maire de Levallois, ainsi qu'Alexandre Balkany, le fils du couple. Aucun n'a fait appel et leurs condamnations sont donc définitives.

S'ils étaient condamnés, les Balkany pourraient se pourvoir en cassation. Ce recours serait suspensif, sauf si la cour d'appel délivrait des mandats de dépôt à l'audience et si l'exécution provisoire était prononcée.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le