Pénurie de carburants : « S’il faut réquisitionner des dépôts, ce sera fait », affirme Aurore Bergé

Pénurie de carburants : « S’il faut réquisitionner des dépôts, ce sera fait », affirme Aurore Bergé

Aurore Bergé, présidente du groupe Renaissance, laisse entendre que des réquisitions sont envisagées, alors que la grève dans les raffineries se prolonge. Selon elle, Élisabeth Borne « prendra les décisions qui s’imposent ».
Guillaume Jacquot

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que mouvement social est reconduit à TotalEnergies et ExxonMobil (Esso) pour la journée de mardi, une partie du gouvernement se réunit en urgence ce lundi soir à Matignon. La grève dans les raffineries et dépôts de carburants, entamée il y a une dizaine de jours, provoque des situations de pénuries dans plusieurs départements. Huit préfets ont déjà imposé des restrictions.

Invitée d’Audition publique ce 10 octobre 2022, l’émission politique de Public Sénat et LCP-Assemblée nationale, en partenariat avec Le Figaro Live, la présidente des députés Renaissance Aurore Bergé pousse pour des réquisitions. « Il n’y a pas de sujet tabou. S’il faut réquisitionner, on réquisitionnera […] On ne peut pas accepter qu’il y ait des Français qui soient empêchés de circuler, mais surtout d’aller travailler ». Selon la députée des Yvelines, cette voie « pourrait être décidée ce soir ». « La Première ministre prendra les décisions qui s’imposent dès ce soir. Je le dis clairement, s’il faut réquisitionner des dépôts, ce sera fait », a-t-elle ajouté, citant également l’idée de réserver certaines stations-service à des services publics essentiels, des personnels de secours ou des soignants. La députée vise par ailleurs l’objectif d’un retour à la normale dans les stations « dès cette semaine ».

Le ton est également monté ce lundi au sommet de l’Etat. Interrogé en marge d’un déplacement, Emmanuel Macron a déclaré que « le blocage » n’était « pas une façon de négocier ». « Il faut que les négociations reprennent mais la négociation ne peut pas être en permanence sous la contrainte du blocage et de la grève », a ajouté de son côté Aurore Bergé. Reprenant la communication de Total sur les premières augmentations accordées cette année, la députée a également eu un mot pour les salariés mobilisés. « Celles et ceux qui sont bloqués n’ont de facto pas souvent les niveaux de rémunération qui existent dans les raffineries. »

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le