Groupe PS : « Il fallait éviter à tout prix une forme d’éclatement potentiel », pour Patrick Kanner

Groupe PS : « Il fallait éviter à tout prix une forme d’éclatement potentiel », pour Patrick Kanner

Le nouveau sénateur socialiste du Nord a indiqué que la ligne adoptée par son groupe était une position de « compromis » et qu’il y avait un « espace » politique entre « l’opposition systématique » des communistes et La République en marche.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Patrick Kanner connaît bien le fonctionnement de la famille socialiste. Invité ce jeudi de Territoires d’Infos, sa première matinale depuis qu’il a quitté le gouvernement en mai dernier, le sénateur élu dans le Nord dimanche est revenu sur la ligne adoptée par son groupe, après trois heures de débat mardi. « C’est une synthèse, dirait François Hollande. »

Dans l’opposition à la majorité sénatoriale de droite, mais pas dans la majorité gouvernementale. Ce « compromis », comme l’explique le nouveau sénateur, a un objectif « très clair » : « éviter à tout prix une forme d’éclatement potentiel » du groupe, qui compte de « nombreuses sensibilités ».

« Nous ne sommes ni En Marche, ni en marge »

Pour ce hollandais, il s’agit d’une position de « sénateurs responsables » et de « sociaux-démocrates assumés » : « cela veut dire être réformiste, mais pas n’importe comment ».

Coincé entre LREM et la gauche radicale, Patrick Kanner définit le Parti socialiste comme une alternative :

« Pourquoi voulez-vous que nous soyons à la traîne des Insoumis voire du Parti communiste dans une opposition systématique et frontale ou à la traîne d’En Marche ? Nous ne sommes ni En Marche, ni en marge. »

Dans la même thématique

Groupe PS : « Il fallait éviter à tout prix une forme d’éclatement potentiel », pour Patrick Kanner
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le