Guillaume soutient Benoît Hamon mais n’oublie pas qu’il était« frondeur »

Guillaume soutient Benoît Hamon mais n’oublie pas qu’il était« frondeur »

Invité de l’émission « L’épreuve de vérité », Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat, a renouvelé son soutien « sans ambiguïté » à la candidature de Benoît Hamon mais n’a toutefois pas manqué d’évoquer le passé de « frondeur » du candidat PS.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’ancien directeur de campagne de Manuels Valls, Didier Guillaume s’est rangé du côté de  Benoît Hamon et lui apporte son soutien : « [Il] a gagné la primaire. C’est notre candidat. Donc je soutiens Benoît Hamon. Il n’empêche qu’il y a encore quelques jours, j’étais le directeur de campagne de Manuel Valls et que dans ce débat de l’entre-deux-tours, il y a des sujets qui nous opposaient (…) Mais je soutiens sans ambiguïté [sa] candidature. Je le parrainerai parce que c’est mon engagement politique (…) Je n’ai aucun état d’âme. Le peuple a toujours raison que ça plaise ou non ».

 Toutefois, le président du groupe socialiste au Sénat a de la mémoire. Et le passé de « frondeur » du candidat PS à la présidentielle passe toujours difficilement pour celui qui se présente comme un « socialiste de gouvernement » : «Sur l’immense partie de son projet, nous sommes d’accord (…) mais je dois dire très tranquillement, très objectivement que moi, je n’ai pas été frondeur et que je n’ai pas apprécié l’attitude des frondeurs dans ce quinquennat. Donc je pense que Benoît Hamon n’a pas à se renier, il a été désigné démocratiquement, et en même temps, j’espère que dans cette campagne, il parlera, comme il a commencé à le faire un peu, de ce qui est positif dans le bilan du quinquennat de François Hollande ».

 Didier Guillaume attend aujourd’hui que Benoît Hamon « se présidentialise », c’est à dire pour lui « Avoir un programme présidentiel qui embrasse l’ensemble des sujets de la société » : « Je pense que sur l’international, sur l’Europe, le terrorisme, il doit avancer encore un peu plus  (…) Benoît Hamon a dit qu’il avait un projet et que ce projet était la ligne directrice de la primaire. Que maintenant il fallait bâtir le programme présidentiel (…) mais qu’il était prêt à entendre les uns et les autres ».

Didier Guillaume : "pas d'accord possible avec Monsieur Mélenchon"
00:24

Et lorsqu’on évoque une possible alliance entre le candidat du PS avec Jean-Luc Mélenchon, la réponse est tranchée : « Elle ne se fera pas. Tout le monde le sait. [Benoît Hamon] nous l’a dit ce matin. Il n’y a pas d’accord possible avec Monsieur Mélenchon, sur le premier tour de la présidentielle. Jean-Luc Mélenchon sera candidat bien évidemment ». Pour Didier Guillaume, Benoît Hamon ne peut pas s’adresser uniquement à Jean-Luc Mélenchon, il doit aussi parler avec « les 800 000 électeurs de Manuel Valls qui ont voté au deuxième tour de la primaire ».

Et de conclure : « Il faut créer une gauche qui se rassemble (…) que Benoît Hamon soit à l’équilibre au sein de la gauche ».

Dans la même thématique

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le