Hamon: de la primaire naîtra le visage” de la gauche “pour les 10 ans à venir”

Hamon: de la primaire naîtra le visage” de la gauche “pour les 10 ans à venir”

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche, a expliqué dimanche que cette élection des 22 et 29 janvier doit permettre de ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Benoît Hamon, candidat à la primaire de la gauche, a expliqué dimanche que cette élection des 22 et 29 janvier doit permettre de "choisir le visage qui sera celui de la gauche pour les 10 ans à venir".

"Je n'aime pas trop faire la campagne sur autre chose que les solutions", a expliqué l'ancien ministre sur France 3 à propos des soupçons de retard de paiement de cotisation qui ont entouré d'autres candidats, Vincent Peillon ou Arnaud Montebourg.

"Tout le temps qu'on passe à se justifier sur des attaques en dessous de la ceinture" est du temps perdu pour débattre des projets, a mis en garde M. Hamon.

Les électeurs de la primaire initiée par le PS "ont à choisir le visage qui sera celui de la gauche pour les 10 ans à venir, ce n'est pas neutre", a souligné le député des Yvelines.

"Par exemple, que ce soit Manuel Valls ou moi, la capacité à parler avec les écologistes, le reste de la gauche, elle est différente", a relevé M. Hamon.

Il s'est par ailleurs démarqué de la volonté du parti de ne pas investir les députés PS qui soutiendraient M. Macron. "L'heure n'est pas aux excommunications", a-t-il mis en garde. "Je ne veux pas jeter l'opprobre sur qui que ce soit".

"Si je suis le 29 janvier choisi, la première chose que je ferai sera de m'adresser à Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot ou Emmanuel Macron pour parler au moins des conditions du rassemblement", a averti M. Hamon.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le