Hamon: “le gouvernement généralise la sélection à l’université”

Hamon: “le gouvernement généralise la sélection à l’université”

L'ancien candidat socialiste à l'élection présidentielle Benoît Hamon considère que par son plan annoncé lundi, "le gouvernement...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'ancien candidat socialiste à l'élection présidentielle Benoît Hamon considère que par son plan annoncé lundi, "le gouvernement généralise la sélection à l’université pour tous les étudiants", ce qui aura "des conséquences injustes", dans une interview au site de Libération.

"J’ai vu que la ministre veillait à utiliser des synonymes - +prérequis+, +attendus+ - pour ne surtout jamais prononcer ce mot qui fâche. Mais les annonces sont très claires" et "pour les filières dites en tension, ça pourra être carrément +non+" pour un jeune, affirme le fondateur du mouvement M1717.

Ainsi selon lui, "nous allons assister à la mise en place d’un fonctionnement à plusieurs vitesses avec le développement d’une ségrégation entre universités, et la stigmatisation de certains étudiants au lieu de les accompagner dans un parcours de réussite".

Le gouvernement "fait le choix de répondre à quelques universitaires qui ne supportent pas l’idée de devoir faire réussir des jeunes plus nombreux et aux parcours plus diversifiés qu’hier" et "ce sont les étudiants qui vont payer les pots cassés", juge M. Hamon.

"Il est toujours plus simple de s’en prendre aux droits des plus fragiles, en l’occurrence les étudiants, plutôt que de réformer l’université, d’y modifier les parcours de formation, de mieux y préparer à l’insertion professionnelle, de moderniser la pédagogie", critique-t-il en lançant: "L’illusion d’une réforme courageuse ne résiste pas à l’examen de ses conséquences injustes".

"Ce que veulent les jeunes et leurs familles, c’est pouvoir maîtriser leur orientation. C’est pour cela que le tirage au sort était légitimement rejeté", rappelle-t-il.

Comment faire? "En créant des places dans les amphithéâtres, de nouvelles salles de cours, en recrutant des enseignants", ce qui "demande des moyens" mais revient à ses yeux à "investir dans l’avenir". "Soit exactement le contraire du signal initial envoyé par le gouvernement", dénonce M. Hamon.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le