Hamon: Macron pas de gauche “quand il remet en cause les 35 heures”

Hamon: Macron pas de gauche “quand il remet en cause les 35 heures”

Emmanuel Macron n'est pas de gauche "quand il remet en cause les 35 heures", a jugé lundi Benoît Hamon, fustigeant le "mi-gauche...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Emmanuel Macron n'est pas de gauche "quand il remet en cause les 35 heures", a jugé lundi Benoît Hamon, fustigeant le "mi-gauche mi-droite, ou ni gauche ni droite" de l'ancien ministre de l'Economie, candidat à la présidentielle hors primaire organisée par le PS.

A la question de savoir si Emmanuel Macron est un homme de gauche, comme le pense Jean-Marc Ayrault, Benoît Hamon a jugé sur BFMTV et RMC que "c'est à lui" de répondre à cette question.

Il a cependant estimé que M. Macron ne l'est "pas quand il remet en cause les 35 heures, pas quand il veut développer des formes d’emploi qui sont extrêmement précaires, (…) pas quand il remet en cause l’impôt sur la fortune, là ce n’est pas un homme de gauche".

"On ne peut pas parler de la valeur travail et mal payer le travail", a encore affirmé M. Hamon, reprochant au gouvernement auquel a appartenu Emmanuel Macron d'avoir, "avec la loi El Khomri, favorisé le fait" que les heures supplémentaires "soient moins bien payées".

"Je pense qu’aujourd’hui, il a un discours, un charisme qui lui permet de réunir des foules, mais on ne sort (...) de l’ambiguïté qu’à ses dépens", a déclaré le candidat à la primaire organisée par le PS.

Une fois le candidat à la primaire choisi, "viendra le temps" pour lui "de clarifier son projet", a-t-il poursuivi. "Et nous discuterons là, et nous verrons quelle est l'identité, quel est l'ADN d’Emmanuel Macron. Vers qui penche-t-il ? Est-ce qu’il penche toujours vers les puissants, ou s’intéresse-t-il aujourd'hui à la société française, à la manière dont elle vit?"

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le