Hamon sur Valls: “il rompt le serment pris devant les électeurs”

Hamon sur Valls: “il rompt le serment pris devant les électeurs”

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a déploré jeudi la rupture de "serment" de son adversaire à la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a déploré jeudi la rupture de "serment" de son adversaire à la primaire Manuel Valls, qui a déclaré qu'il ne parrainerait pas sa candidature.

"Il rompt le serment qu'il a pris devant les électeurs", a dit l'ancien ministre de l'Education dans une interview au Parisien.

"J'ai une légitimité démocratique et politique. J'entends le sanglot de ceux qui ont perdu, mais ce n'est plus à mon agenda. Ma seule préoccupation est de parler aux électeurs de gauche", a-t-il affirmé.

"Je veux qu'ils submergent le calcul de ceux qui pensent au coup d'après et qui, en clair, ne veulent pas que je gagne l'élection présidentielle", a encore dit M. Hamon.

Que Manuel Valls rompe l'engagement pris devant les électeurs, "c'est une constatation. Mais sous ce quinquennat, il y a eu beaucoup de manque de respect de la parole donnée, du vote des congrès et de la solidarité. Donc je ne vais pas prendre position pour l'un par rapport à l'autre", a pour sa part réagi le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis.

"Je rappelle au passage que Benoît Hamon a ourdi une motion de censure contre son propre gouvernement. Je ne l'ai pas condamné à l'époque. Je prends tout cela comme des analyses ou des prises de positions, mais j'estime nécessaire de se rassembler derrière le candidat socialiste", a-t-il ajouté sur Radio Classique.

Manuel Valls, battu au deuxième tour de la primaire PS élargie par Benoît Hamon, a déclaré mardi à Paris Match qu'il ne pouvait pas "apporter (s)on parrainage à Benoît Hamon". Après le ralliement des Ecologistes, "je ne pourrais pas assumer autant de contradictions", dit-il à l'hebdomadaire.

M. Valls s'était engagé comme le reste des participants à soutenir le vainqueur de la primaire quel qu'il soit.

L'ancien Premier ministre a en revanche démenti une information de presse selon laquelle il appellerait à voter pour Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle.

"On ne peut pas reprocher à un candidat de gauche d'avoir des marqueurs de gauche", a encore déclaré M. Hamon, qui a écarté l'hypothèse de la survie du Parti socialiste divisé.

"Ce n'est pas la question qui est posée dans cette campagne. Je suis candidat à l'élection présidentielle", a-t-il répondu.

Dans la même thématique

Hamon sur Valls: “il rompt le serment pris devant les électeurs”
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le