Hamon tente de recharger ses batteries à La Réunion

Hamon tente de recharger ses batteries à La Réunion

Alors qu'il n'en finit pas de glisser dans les sondages, le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a fait le plein de ferveur...
Public Sénat

Par Stéphanie LEROUGE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Alors qu'il n'en finit pas de glisser dans les sondages, le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a fait le plein de ferveur populaire à La Réunion, une semaine après une visite en demi-teinte d'Emmanuel Macron.

Point d'orgue de cette visite expresse d'une douzaine d'heures, un meeting à Saint-Joseph, sous la halle François-Mitterrand, qui a réuni dans une atmosphère surchauffée environ 2.000 personnes (3.000 selon les organisateurs), cinq ans jour pour jour après un meeting de François Hollande dans cette ville.

La semaine dernière, M. Macron avait réuni environ 1.500 personnes à Saint-Denis, dans une salle loin d'afficher complet.

"Ma force, elle est la vôtre (...) et sans la vôtre, je ne serais pas grand-chose", a déclaré à la tribune Benoît Hamon, relativisant comme à l'accoutumée les mauvais sondages dont il est crédité, et où Jean-Luc Mélenchon creuse l'écart.

Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon (c), le 1er avril 2017 à Sainte-Marie à La Réunion
Le candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon (c), le 1er avril 2017 à Sainte-Marie à La Réunion
AFP

Dans un discours largement consacré à la pédagogie de son projet, notamment à sa mesure phare, le revenu universel d'existence, Benoît Hamon a aussi réglé ses comptes avec Emmanuel Macron et ses soutiens, dont l'ex-Premier ministre Manuel Valls, qui a annoncé mercredi son vote pour le candidat d'En Marche! le 23 avril.

"Il y a beaucoup de candidats qui cherchent à faire président. Et peut-être qu'ils arrivent à faire croire qu'ils seraient de bons présidents juste parce qu'ils prennent bien la pause, qu'ils vont couper la canne, alors qu'ils (...) n'ont jamais eu à baisser le dos, et que de surcroît (...) (ils) demandent la suppression du compte pénibilité", a ironisé le socialiste, visant l'ex-ministre de l'Economie, qui a mimé ce geste lors de sa visite le week-end dernier.

- 'Malhonnêteté' -

Fustigeant une "créature de ce quinquennat", dont la démarche réunit "des gens qui ont échoué à droite, des gens qui ont échoué à gauche", l'ancien ministre de l'Éducation a dénoncé l'"injustice" d'un projet qui prévoit de ne pas renouveler 120.000 postes de fonctionnaires, tout en supprimant l'Impôt sur la fortune (ISF), sauf pour le patrimoine immobilier.

"Ce qui me choque le plus, ce n'est pas tant qu'Emmanuel Macron pense cela - il l'a toujours pensé -, c'est que des socialistes puissent aller là pour défendre cela, (...) celui qui propose de remettre en cause toutes les conquêtes sociales de la gauche", a-t-il insisté.

Le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, en campagne à Saint-Louis sur l'île de La Réunion, le 1er avril 2017
Le candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, en campagne à Saint-Louis sur l'île de La Réunion, le 1er avril 2017
AFP

"Ceux qui vont vers lui aujourd'hui ne cherchent qu'une chose, non pas servir l'intérêt général, mais garder un tout petit peu encore le bout de pouvoir qu'ils avaient", a-t-il ajouté.

Interrogé par la presse à l'issue de son meeting sur la rencontre entre M. Macron et le président LR de la région PACA Christian Estrosi, le candidat socialiste a de nouveau lâché ses coups.

"Moi je fais une campagne honnête, dans une campagne marquée par la malhonnêteté, intellectuelle notamment, parce qu'on ne fait pas une politique d'Estrosi à Delanoë, ou alors c'est la politique du grand n'importe quoi. Je trouve incroyable cette situation. Moi, j'essaie d'être honnête depuis le début, et je vous fais le pari que l'honnêteté, ça paiera", a-t-il ajouté.

Premier à prendre la parole, dans un discours ponctué de "hip hip hip Hamon", le premier secrétaire fédéral du PS à La Réunion Philippe Le Constant a rappelé que Benoît Hamon avait dans l'île le soutien de sept partis ou mouvements politiques et de quatre parlementaires (Patrick Lebreton, Philippe Naillet, Jean-Jacques Vlody, Huguette Bello, tandis que Jean-Claude Fruteau, Monique Orphé et Michel Vergoz soutiennent M. Macron).

M. Lebreton a vivement critiqué ceux qui "trahi(ssent) (leurs) électeurs" au nom de "petits calculs". "On ne combat pas le Front national en trahissant un vote", a tonné ce député devant un auditoire enthousiaste.

Samedi matin, M. Hamon avait eu un avant-goût de ce soutien à l'aéroport de Saint-Denis-de-La-Réunion, chaleureusement accueilli par environ 200 personnes criant des : "Hamon, président !". Des images comme pour faire oublier la relative discrétion de son arrivée en Guadeloupe, il y a trois semaines.

Dans la même thématique

PARIS: Press conference by Jordan Bardella in front of the RN party headquarters.
4min

Politique

Elections législatives : les propositions du Rassemblement national sur l’immigration

Le 14 juin, Jordan Bardella a annoncé dans une interview au micro de BFMTV : « Si je deviens Premier ministre du pays au début du mois de juillet, je ferai de la question de l’immigration et du contrôle de nos frontières, l’une de mes priorités ». En vue des prochaines élections législatives, quelles sont les mesures figurant dans le programme du Rassemblement national en la matière ?

Le

FRA : ELECTIONS EUROPEENNES
4min

Politique

Législatives : « Une situation profondément antidémocratique », tance Pascal Savoldelli, qui demande le dégel du corps électoral

Le sénateur du Val-de-Marne a écrit au Président de la République pour demander le dégel du corps électoral, issu du décret de convocation des élections législatives, publié le 10 juin au Journal Officiel, le lendemain de la dissolution de l’Assemblée nationale. Une requête qui a cependant peu de chances d’aboutir pour des raisons de bonne administration.

Le