Harcèlement sexuel au MJS : les réactions sur Twitter

Harcèlement sexuel au MJS : les réactions sur Twitter

Libération relaie les témoignages de huit femmes qui affirment avoir subi le harcèlement sexuel de Thierry Marchal-Beck, ancien président du MJS. Un comportement connu de « beaucoup de cadres. » Suite à ces révélations, les responsables du parti socialiste réagissent peu.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Huit femmes accusent l’ancien président du MJS, Thierry Marchal-Beck, de harcèlement sexuel. Dans les colonnes de Libération, les témoignages glaçants de ces femmes se croisent et dressent le portrait d’un homme qui, malgré de grands discours féministes, aurait abusé de son pouvoir pour obtenir des faveurs sexuelles. Ces récits révèlent également le silence organisé autour de ces comportements. Plusieurs de ces femmes indiquent effectivement avoir fait remonter ces agressions sans pour autant que des mesures soient prises. Libération affirme que « beaucoup de cadres connaissaient » ses agissements. Au lendemain de ces révélations, peu de responsables socialistes réagissent.

L’actuel président du MJS, Benjamin Lucas, « condamne sans réserve de tels comportements. » Par voie de communiqué, il a affirmé son soutien « à ces femmes » qui ont pris la « courageuse décision de briser le silence. » Benjamin Lucas assure qu’il travaillera « à interroger et transformer nos cadres collectifs, nos pratiques, nos silences. »

Pour le Parti socialiste, les faits évoqués dans ces témoignages sont « d’une extrême gravité. » Eux aussi appellent à des suites judicaires.

La secrétaire nationale du PS Rita Maalouf, chargée du droit des femmes, a annoncé qu’elle comptait voir se développer des armes pour « mieux protéger ses militantes, détecter les comportements inappropriés » et « les signaler à la justice. »

L’ancien président du MJS et proche de Benoît Hamon, Régis Juanico parle de « comportement inqualifiable et inexcusable. »

 Invité de Territoires d’Infos ce mercredi, Stéphane Troussel qui a participé à la campagne de Benoît Hamon aux côtés de Thierry Marchal-Beck « condamne » lui aussi ces comportements. Il souhaite que « des poursuites judiciaires » soient engagées.

Harcèlement sexuel au MJS : Stéphane Troussel veut « des poursuites judiciaires »
01:47

Au micro de LCP-AN, l’ancien maire de sarcelles et actuel député, François Puponni déclare qu’il souhaite que « ceux qui savaient » soient « sanctionnés. »

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le