Hausse de la popularité de Macron et Philippe

Hausse de la popularité de Macron et Philippe

La popularité du président Emmanuel Macron pour août s'établit à 36%, en hausse de 5 points par rapport au mois précédent, et...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La popularité du président Emmanuel Macron pour août s'établit à 36%, en hausse de 5 points par rapport au mois précédent, et celle de son Premier ministre à 34% (+2), selon le baromètre de l'action publique d'Ipsos, pour Le Point, publié mercredi.

Dans le même temps, les opinions défavorables à son encontre reculent de 5 points, tout en restant largement majoritaires (59%).

Pour la première fois depuis l'été 2018, les deux têtes de l'exécutif recueillent un jugement favorable de la part de plus d'un tiers des personnes interrogées, relève cette étude. Pour M. Macron, c'est son meilleur niveau depuis mai 2018 (37%), avant l'affaire Benalla et le mouvement des "gilets jaunes".

Son niveau de popularité le situe sensiblement sous celui atteint par Nicolas Sarkozy à la même période de son quinquennat (46% en septembre 2009), mais loin devant celui de François Hollande en septembre 2014 (13%).

Le président de la République bénéficie d’une forte hausse chez les moins de 35 ans (36%, +12 points), chez les cadres où il repasse même la barre des 50% (58%, +12 points) ainsi que chez les habitants de l’agglomération parisienne (29%, +11 points). Sa popularité est intacte chez les sympathisants LREM (97%) et progresse sensiblement chez les militants PS (+6 points, à 32%). Il enregistre également une hausse de 3 points chez les proches de LR (40%).

Le chef du gouvernement, quant à lui, voit également sa côte progresser, mais plus faiblement (+2% à 34%), contre 58% de jugements défavorables. 93% des sympathisants LREM (+3 points) ont une opinion de lui favorable ou très favorable. Idem pour 45% des LR (- 1) et 35% des PS (+1).

Sur le podium des leaders politiques préférés des Français, on trouve, dans l'ordre, Nicolas Hulot, Jack Lang et Alain Juppé (inchangé). Nicolas Sarkozy est toujours 4e, suivi de Jean-Yves Le Drian et Xavier Bertrand. Marine Le Pen recule d'une place, à la 7e, Marion Maréchal en gagne deux à la 8e. Dans le top 10, figurent également François Hollande, qui passe de la 14e place en juillet à la 9e un mois plus tard, et Martine Aubry (10e place, elle en perd une).

Ce sondage a été réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 1.009 personnes, selon la méthode des quotas, via Internet les 13 et 14 septembre.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le