Hausse du prix du Navigo : « C’est la responsabilité de la région. Je n’assumerai pas ce choix-là », rappelle Clément Beaune

Hausse du prix du Navigo : « C’est la responsabilité de la région. Je n’assumerai pas ce choix-là », rappelle Clément Beaune

A la sortie des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, Clément Beaune, le ministre chargé des Transports est revenu sur l’« aide exceptionnelle » de 200 millions d’euros accordée par l’Etat à Ile-de-France Mobilités (IDFM) pour éviter une hausse excessive des tarifs dans les transports publics franciliens en 2023.
Simon Barbarit

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« C’est un soutien pour les usagers », a pris soin de préciser Clément Beaune, interrogé à la sortie des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, sur « l’aide exceptionnelle » de 200 millions d’euros à Ile-de-France Mobilités (IDFM).

IDFM devait trouver 450 millions d’euros pour boucler son budget de fonctionnement 2023, grevé par l’inflation et la flambée des prix de l’énergie. Faute de ressources supplémentaires, les tarifs auraient augmenté de 20 %. L’abonnement mensuel Navigo serait passé de 75,20 à 90 euros et le ticket de métro à l’unité, de 1,90 à 2,30 euros.

« Il était important de ne pas pénaliser les usagers »

Grace au soutien de l’Etat, l’autorité régionale des transports, présidée par Valérie Pécresse (LR) a finalement pu boucler son budget tout en limitant la hausse des tarifs. Le Navigo va finalement augmenter de 12 % en 2023, et passer de 75,20 à 84,10 euros, a indiqué, mardi, Ile-de-France Mobilités.

« Il y a beaucoup de gens, notamment en Ile-de-France où les transports publics sont très répandus, qui ont besoin du bus, du métro, du tram, pour aller bosser. Il était important de ne pas pénaliser les usagers. L’Etat a fait un effort qui est totalement exceptionnel, qui est massif et qui ne concerne pas uniquement Île-de-France. Il concernera aussi les autres métropoles qui organisent les transports. C’est 300 millions d’euros dont 100 millions d’euros pour les autres autorités organisatrices de transports », a-t-il précisé.

« La responsabilité des Transports, c’est Mme Pécresse »

Le ministre chargé des Transports s’est refusé à parler de la gestion financière de Valérie Pécresse. « Je ne suis pas là pour distribuer les bons et les mauvais points. Il y a des responsabilités. La responsabilité des Transports, c’est Mme Pécresse, c’est la région Ile-de-France, ce n’est pas l’Etat. Le prix du Navigo, c’est la responsabilité de la région. Je n’assumerai pas ce choix-là. J’assume ce qui revient à l’Etat. C’est-à-dire d’avoir donné un important coup de pouce pour les usagers.

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le