Hébergement d’urgence: Cazeneuve défend le bilan du gouvernement

Hébergement d’urgence: Cazeneuve défend le bilan du gouvernement

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a défendu vendredi le bilan du gouvernement en matière d'hébergement d'urgence, lors d'une...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a défendu vendredi le bilan du gouvernement en matière d'hébergement d'urgence, lors d'une visite en centre d'accueil Emmaüs à Paris, à l'avant-veille de Noël.

Le nouveau Premier ministre, arrivé à Matignon début décembre, a affiché son "engagement à poursuivre, jusqu’au dernier jour, une politique destinée à améliorer la situation des plus fragiles de nos concitoyens".

Sous le quinquennat de François Hollande, le nombre de places en hébergement d'urgence est passé "de moins de 80.000 en 2012 à 120.000 aujourd’hui", tandis que le nombre de logements "adaptés" a augmenté de 40%, à 220.000 places, a souligné l'ancien ministre de l'Intérieur dans son discours.

Le Premier ministre, qui avait rencontré un peu plus tôt des pensionnaires et les responsables du centre d’hébergement Emmaüs Louvel-Tessier à Paris, a par ailleurs qualifié de "réussite" l'ouverture du centre d'accueil pour migrants à Paris.

"C'est le résultat de ce qu'est capable notre pays quand il met toutes ses forces en mouvement", a-t-il loué.

"Notre modèle d’accueil doit nous permettre de faire face aux situations d’urgence migratoire", a encore dit M. Cazeneuve, répondant indirectement aux critiques venues notamment du Front national évoquant une "concurrence" entre réfugiés migrants étrangers et sans-domicile fixe ou mal logés français.

M. Cazeneuve a évoqué "la fierté de l'image que notre pays a donné de lui-même" dans le déplacement des migrants de la "jungle" de Calais vers les centres d'accueil et d'orientation (CAO) de tout l'Hexagone.

Il a loué à plusieurs reprises le rôle des associations, citant Victor Hugo dans Les Misérables: "La vie, le malheur, l'isolement, l'abandon, la pauvreté, sont des champs de bataille qui ont leurs héros; héros obscurs plus grands parfois que les héros illustres".

Dans la même thématique

Paris : Conference de presse FNSEA x Jeunes Agriculteurs
6min

Politique

« Cynisme » , « mise en scène politique » : le président de la FNSEA annonce qu’il ne participera pas au grand débat avec Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture

Invité ce vendredi 23 février sur RMC-BFMTV, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a annoncé qu’il ne souhaitait pas se rendre au grand débat devant se dérouler demain au Salon de l’Agriculture », malgré le rétropédalage de l’Elysée hier soir. La raison principale ? Une « incompréhension » suscitée par l’invitation du mouvement écologiste, les Soulèvements de la Terre, que le gouvernement avait annoncé dissoudre avant que le Conseil d’Etat ne juge cette décision illégale.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
4min

Politique

Souveraineté alimentaire, enjeux climatiques, métiers : Public Sénat vous fait vivre le salon de l’agriculture 2024 

Samedi 24 février et jusqu’au 3 mars s’ouvre le 60ème salon de l’agriculture. Un salon sous haute tension, marqué par la colère des agriculteurs. Pour ce rendez-vous annuel incontournable du monde agricole, les équipes de Public Sénat sont pleinement mobilisées pour vous faire vivre les grands moments de cette rencontre entre les Français et les agriculteurs.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the  Agriculture Fair Porte de Versailles
2min

Politique

Emmanuel Macron veut rejouer le grand débat au Salon de l’agriculture

Visant « un échange direct et franc », l’Elysée explique que le chef de l’Etat va débattre samedi avec « l’ensemble des acteurs » qui « pourront donner leurs points de vue, faire des propositions, confronter des idées ». Les Soulèvements de la terre ont été invités, comme Michel Edouard Leclerc.

Le