Hervé Morin favorable « à un pouvoir législatif délégué sur certains sujets » en Corse

Hervé Morin favorable « à un pouvoir législatif délégué sur certains sujets » en Corse

Le président des Régions de France (ex ARF), Hervé Morin  s’est dit favorable « à un pouvoir législatif délégué sur un certain nombre de sujets » de la nouvelle collectivité territoriale unique de Corse.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

En début de semaine, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, estimait que l'élection territoriale en Corse « n'était pas un scrutin sur l'autonomie » ou « l'indépendance » ni « un référendum ». Pour Hervé Morin, « le gouvernement n’a pas entendu le message des Corses (..) j’ai entendu les déclarations du porte-parole du gouvernement qui dit que c’est une élection locale. Non, ce n’est pas qu’une élection locale. Il ne faut pas se raconter d’histoires. C’est un fait politique majeur » a estimé Hervé Morin.

Le président des Régions de France considère que « le message des Corses doit passer  notamment par l’accroissement des responsabilités de cette collectivité de Corse, et je le crois, par un pouvoir législatif délégué sur un certain nombre de sujets ».

Hervé Morin reconnaît toutefois que « toutes les revendications ne sont pas acceptables », comme, par exemple, la co-officialisation de la langue corse.  En ce qui concerne l’inscription d’un statut spécial de la Corse dans la Constitution, il estime que « ce n’est pas la question principale, mais le bouquet final ».

 

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le