Heures sup défiscalisées: Valls en précise les modalités

Heures sup défiscalisées: Valls en précise les modalités

Le candidat à la primaire de la gauche Manuel Valls a précisé mercredi les modalités de sa proposition de défiscaliser de nouveau...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le candidat à la primaire de la gauche Manuel Valls a précisé mercredi les modalités de sa proposition de défiscaliser de nouveau des heures supplémentaires, en défendant également celle d'un service civique obligatoire pour que "la Nation retrouve du sens".

Invité de RTL, l'ancien Premier ministre a jugé que sa proposition de rétablir la défiscalisation des "heures sup", une mesure prise par Nicolas Sarkozy mais abrogée par François Hollande, coûterait quelque 4 milliards d'euros et serait instaurée en deux temps.

"Je veux rétablir cette mesure parce qu'il y a eu un sentiment de frustration, de sentiment au fond qu'on ne prenait pas en compte ceux qui travaillaient davantage", a-t-il justifié.

"Je veux rétablir cette mesure en commençant par une exonération des cotisations sociales c'est à dire concrètement en augmentant le salaire net des travailleurs, ça c'est un coût de 2,5 milliards d'euros, avant la défiscalisation à proprement parler, ça c'est un coût de 1,5 milliard", a-t-il dit.

Soit les mêmes principes que les heures supplémentaires sous Nicolas Sarkozy. Seule différence proposée par Manuel Valls: un plafond au-delà duquel les heures sup ne seraient plus défiscalisées "qui pourrait être fixé par exemple à 5.000 ou 6.000 euros". Et cela afin que "cette mesure bénéficie d'abord à ceux qui en ont le plus besoin et pour éviter les abus", a plaidé l'ex-Premier ministre.

L'ex-Premier ministre a expliqué ce changement de cap mercredi soir sur TF1. "On peut changer d'avis, il faut écouter les salariés (...) qui ont dit +on a perdu du pouvoir d'achat+", a fait valoir M. Valls. "Je ne crois pas que la politique ce soit le sectarisme", a-t-il ajouté.

"Sur cette mesure, oui je crois qu'il faut y revenir. Je crois que c'est une mesure de bon sens, de justice", a-t-il martelé.

Sur RTL, M. Valls a aussi détaillé sa promesse d'instaurer un service civique obligatoire de six mois, qui aurait lieu "à partir de 16-18 ans" et "jusqu'à 25 ans".

Il sera bien obligatoire, même si "je crois qu'il faut passer avec la méthode et les phases nécessaires, à cette phase obligatoire", selon le candidat

"Ce dont nous avons le plus besoin c'est que la Nation retrouve du sens. Ce qui manque dans ce pays c'est de la confiance en soi-même, de la fierté (...) Il faut faire sens, il faut faire France", a-t-il souhaité.

Dans la même thématique

Paris : Conference de presse FNSEA x Jeunes Agriculteurs
6min

Politique

« Cynisme » , « mise en scène politique » : le président de la FNSEA annonce qu’il ne participera pas au grand débat avec Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture

Invité ce vendredi 23 février sur RMC-BFMTV, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a annoncé qu’il ne souhaitait pas se rendre au grand débat devant se dérouler demain au Salon de l’Agriculture », malgré le rétropédalage de l’Elysée hier soir. La raison principale ? Une « incompréhension » suscitée par l’invitation du mouvement écologiste, les Soulèvements de la Terre, que le gouvernement avait annoncé dissoudre avant que le Conseil d’Etat ne juge cette décision illégale.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
4min

Politique

Souveraineté alimentaire, enjeux climatiques, métiers : Public Sénat vous fait vivre le salon de l’agriculture 2024 

Samedi 24 février et jusqu’au 3 mars s’ouvre le 60ème salon de l’agriculture. Un salon sous haute tension, marqué par la colère des agriculteurs. Pour ce rendez-vous annuel incontournable du monde agricole, les équipes de Public Sénat sont pleinement mobilisées pour vous faire vivre les grands moments de cette rencontre entre les Français et les agriculteurs.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the  Agriculture Fair Porte de Versailles
2min

Politique

Emmanuel Macron veut rejouer le grand débat au Salon de l’agriculture

Visant « un échange direct et franc », l’Elysée explique que le chef de l’Etat va débattre samedi avec « l’ensemble des acteurs » qui « pourront donner leurs points de vue, faire des propositions, confronter des idées ». Les Soulèvements de la terre ont été invités, comme Michel Edouard Leclerc.

Le