Hidalgo appelle à voter selon ses “convictions”, pas des sondages

Hidalgo appelle à voter selon ses “convictions”, pas des sondages

La maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a appelé mardi les Français à voter dimanche selon leurs "convictions" et "à distance...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

La maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a appelé mardi les Français à voter dimanche selon leurs "convictions" et "à distance du tam-tam médiatique" et sondagier, se disant également certaine que les "idéaux" des socialistes "ne mourront pas".

"On sent bien dans les discussions avec nos concitoyens beaucoup d'interrogations et, pour certains, un vote qui prend des allures très stratégiques. Moi, ce que j'ai envie de dire: votez selon vos convictions", a lancé Mme Hidalgo en conférence de presse.

Chacun doit "se mettre à distance du tam-tam médiatique" et "c'est une grande responsabilité que de mettre un bulletin dans l'urne, cette fois-ci encore plus que les fois précédentes", vu l'incertitude sur les résultats, a-t-elle jugé.

Selon la maire de la capitale, "on a été assommés de sondages jour après jour, qui nous ont expliqué comme pour une course de chevaux sur quel cheval il fallait miser pour passer la ligne d'arrivée", mais "la politique est quelque chose de plus sérieux".

Et d'ajouter: "Mes convictions sont claires, elles sont portées par Benoît Hamon." Dans sa candidature, elle a vu un point commun avec "notre pratique à Paris, avec une alliance assez large, sans sectarisme, et le souci de l'avenir".

Dans la majorité municipale, "qui va des communistes aux écologistes, à toutes les nuances de socialistes, avec une petite pincée de MoDem, de centristes et même une ancienne ministre de Jacques Chirac", Dominique Versini, "je n'ai pas demandé aux uns et aux autres de se fondre dans une boule un peu indéfinissable, dans laquelle chacun aurait été obligé d'abandonner ses idéaux à l'entrée", a glissé Mme Hidalgo, dans une pique à Emmanuel Macron.

"Nous sommes nombreux à avoir choisi de rester fidèles à (...) nos convictions de socialistes (...) engagés au sein d'une famille politique qui porte des idéaux qui ne mourront pas", a-t-elle poursuivi.

"L'idéal social-démocrate et écologique que nous portons est quelque chose d'indispensable à la société française", a martelé Mme Hidalgo, au côté d'élus parisiens et de cinq candidats PS aux législatives dont elle lançait la campagne: Sandrine Mazetier (8e circonscription), Patrick Bloche (7e), Colombe Brossel (17e), Pauline Véron (1ère) et Nawel Oumer (6e).

Ces candidats "soutiennent sans ambiguïté et voteront Benoît Hamon", a expliqué Mme Mazetier, incluant également Annick Lepetit (3e), Seybah Dagoma (5e) et George Pau-Langevin (15e), excusées.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le