Hollande assure qu’il n’aspire ni à diriger le PS, ni à participer à des primaires

Hollande assure qu’il n’aspire ni à diriger le PS, ni à participer à des primaires

François Hollande a estimé dimanche que les Français socialistes sont "plutôt heureux" qu'il leur donne "une vision" et "une...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Hollande a estimé dimanche que les Français socialistes sont "plutôt heureux" qu'il leur donne "une vision" et "une explication", en assurant qu'il n'aspirait pas à diriger de nouveau le Parti socialiste ni à participer à des primaires.

Interrogé dans Dimanche en politique, sur France 3, sur les critiques de responsables socialistes autour de son omniprésence médiatique, qui ferait de l'ombre au parti selon eux, il a estimé que "très peu le disent" dans les rangs du "peuple socialiste", de "tous ceux qu'(il) voi(t) à l'occasion des séances de signatures" de son livre "Les leçons du pouvoir".

"Le peuple socialiste, le peuple de gauche, ceux qui sont attachés à la démocratie, sont plutôt heureux que je puisse leur redonner une vision, un espoir, une explication", a-t-il estimé.

Quant au PS, "il faut qu'il se reconstruise (...), qu'il fasse son travail, et Olivier Faure le fait, pour répondre aux propositions du gouvernement, pour dire aussi à Mélenchon qu'il n'est pas acceptable de convoquer les Français dans les manifestations qui sont autant d'échecs pour ensuite faire compliment au pouvoir actuel. Il faut de l'union, pas de la désunion, parler de la social-démocratie en Europe. Il y a suffisamment de thèmes pour qu'on s'en empare", a-t-il plaidé.

Face à un parallèle dressé avec Nicolas Sarkozy qui avait écrit un livre "pour revenir" avant de prendre la tête de son parti et de participer aux primaires pour l'élection présidentielle, François Hollande a souligné qu'il n'avait "pas le même parcours". "Je n'ai pas cette volonté de devenir dirigeant du parti que j'ai conduit il y a très longtemps, ni de me présenter à des primaires. Cet élément-là ne fait pas partie de mon calendrier", a-t-il assuré.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Hollande assure qu’il n’aspire ni à diriger le PS, ni à participer à des primaires
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le