Hollande au Chili et en Colombie, une tournée au programme chargé

Hollande au Chili et en Colombie, une tournée au programme chargé

Après l'Afrique le week-end dernier, François Hollande se tourne vers l'Amérique latine samedi avec un déplacement de cinq jours au Chili, puis...
Public Sénat

Par Baptiste PACE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Après l'Afrique le week-end dernier, François Hollande se tourne vers l'Amérique latine samedi avec un déplacement de cinq jours au Chili, puis en Colombie, doté d'un programme chargé, entre hommage à Salvador Allende et soutien affiché à Bogota envers le processus de paix.

Plutôt chaleureusement accueilli lors du sommet Afrique-France le week-end dernier à Bamako, le chef de l'Etat, à quatre mois de la fin de son mandat, revient en Amérique du Sud qu'il a déjà arpentée à plusieurs reprises depuis 2012 (Brésil, Pérou, Argentine, Uruguay, mais aussi Haïti et Cuba). M. Hollande se rendra également en Asie avant le terme du quinquennat.

En France, François Hollande ayant renoncé à briguer un second mandat, ses camarades socialistes s'affrontent dans une primaire pour lui succéder dans la course présidentielle. Alors que sa sortie au théâtre pendant le deuxième débat télévisé avait été très commentée dimanche dernier, le chef de l'Etat devrait regarder le troisième débat jeudi soir depuis les Ardennes avant son départ pour Santiago. Mais il ne votera pas au premier tour de la primaire, a fait savoir son entourage.

Le président colombien Juan Manuel Santos reçoit le prix Nobel de la paix à Oslo en Norvège, le 10 décembre 2016
Le président colombien Juan Manuel Santos reçoit le prix Nobel de la paix à Oslo en Norvège, le 10 décembre 2016
NTB SCANPIX/AFP/Archives

Place, donc, à l'Amérique du Sud et à la poursuite du "renforcement des relations avec ce continent", érigé en "fil conducteur de la politique étrangère" du quinquennat, souligne l'Elysée. En Colombie, qui n'a pas vu de président français depuis François Mitterrand en 1989, comme au Chili, le déplacement revêtira plusieurs aspects: historique et mémoriel à Santiago; diplomatique à Bogota en soutien du processus de paix avec les Farc; économique et culturel dans les deux capitales.

Au Chili, le déplacement prendra une "dimension historique et mémorielle". François Hollande ira notamment visiter la maison et se recueillir sur la tombe de Salvador Allende, assassiné en 1973 lors du coup d'Etat d'Augusto Pinochet.

- "Année croisée franco-colombienne" -

Le président français sera accompagné d'Isabel Allende, fille de l'ex-président chilien. Il visitera également, en compagnie de la présidente Michelle Bachelet, le musée de la Mémoire de Santiago.

Sur le plan de la coopération, les deux chefs d'Etat signeront une série d'accords et lanceront "l'année franco-chilienne de l'innovation" en ouverture du Forum scientifique et académique. François Hollande visitera également une start-up spécialisée dans la télé-médecine.

Il visitera également la centrale photovoltaïque EDF de Boléro, un parc solaire inauguré en décembre dans le désert d'Atacama. Plusieurs ministres font partie de la délégation dont Marisol Touraine (Santé), fille du sociologue Alain Touraine et d'une médecin chilienne.

Au Colombie, M. Hollande entend apporter son "entier soutien au processus de paix" entre le gouvernement de Bogota et les Farc. Un accord a été signé en novembre entre les Farc et le gouvernement pour mettre fin à plus d'un demi-siècle de conflit. Les rebelles doivent commencer à déposer les armes dans les prochaines semaines, selon l'émissaire de l'ONU pour ce pays, le Français Jean Arnault.

L'accord prévoit la mise en place de 26 campements à travers le pays où doivent se rassembler les guérilleros pour déposer les armes dans un délai de six mois, sous la supervision des Nations unies.

François Hollande doit notamment accompagner mardi son homologue Juan Manuel Santos dans la région de Cali pour inspecter un "mécanisme de suivi" de l'accord en présence des différents acteurs. La France participe à hauteur de 17 millions d'euros au fonds européen de 95 millions d'euros d'aide, lancé le 12 décembre à Bruxelles.

Les deux présidents, qui honoreront de leur présence une soirée culturelle franco-colombienne au théâtre Colon de Bogota, lanceront également "l'année croisée France-Colombie". L'événement se prolongera à l'été 2017 avec le lancement l'année de la Colombie en France en présence du président Santos, invité dans l'Hexagone.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le