Hollande et Macron se préparent à une passation du pouvoir “amicale”

Hollande et Macron se préparent à une passation du pouvoir “amicale”

François Hollande remettra les clefs de l'Elysée dimanche à Emmanuel Macron, 8e président de la Ve République, lors de la très solennelle et...
Public Sénat

Par Hervé ASQUIN, Sabine WIBAUX

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

François Hollande remettra les clefs de l'Elysée dimanche à Emmanuel Macron, 8e président de la Ve République, lors de la très solennelle et traditionnelle passation de pouvoir, une cérémonie que le président sortant souhaite "simple, claire et amicale".

Comme le veut la tradition, François Hollande accueillera son successeur au bout du tapis rouge, sur le perron de l'Elysée, avant de s'enfermer avec lui dans le bureau présidentiel pour lui communiquer quelques secrets d'Etat, à commencer par les fameux codes de l'arme nucléaire.

"Je ne passe pas le pouvoir à un opposant politique, c'est quand même plus simple", a-t-il observé jeudi. L'objectif est que "la transmission se passe bien", avait également confié François Hollande à l'AFP lundi dans l'avion qui le ramenait de Berlin où il venait de partager un dîner d'adieu avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Il s'agit, avait-il expliqué, de s'assurer qu'Emmanuel Macron "disposera de tous les éléments qui lui permettront d'être efficace dès le premier jour, que tous les dossiers sur les sommets internationaux soient préparés, que les sujets économiques et industriels soient bien appréhendés et que toutes les équipes fonctionnent en harmonie".

Cette passation pourrait toutefois avoir un goût amer pour François Hollande qui avait annoncé le 1er décembre qu'il renonçait à se représenter, ouvrant la voie à une recomposition politique dont son ancien conseiller et ministre de l'Economie, de plus de 20 ans son cadet, a su tirer profit.

Quoi qu'il en soit, à l'issue de leur entretien, Emmanuel Macron raccompagnera son prédécesseur dans la cour d'honneur, prenant soin de ne pas rééditer l'impair de 2012, quand François Hollande avait tourné les talons sans même attendre que Nicolas Sarkozy ait rejoint sa voiture.

La passation de pouvoir
Le président élu français Emmanuel Macron et le président sortant François Hollande à Paris, le 8 mai 2017
AFP

Le nouveau chef de l'Etat gagnera dans la foulée un salon de l'Elysée où il sera élevé à la dignité de Grand Croix de la Légion d'honneur puis il rejoindra la Salle des fêtes du Palais présidentiel où Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, proclamera le résultat officiel de l'élection.

Emmanuel Macron s'y verra présenter le Grand collier de Grand maître de l'ordre national de la Légion d'honneur puis il prononcera une allocution en présence des corps constitués et d'invités triés sur le volet.

A l'issue de la cérémonie, il passera des troupes en revue dans le parc du palais présidentiel tandis que 21 coups de canon seront tirés depuis l'Esplanade des Invalides, sur l'autre rive de la Seine.

- "Sentiment de vide" -

Le marathon du nouveau chef de l'Etat se poursuivra à 17H00 à l'Hôtel de Ville de Paris avec une nouvelle cérémonie, toute aussi traditionnelle. Il y sera reçu par la maire PS Anne Hidalgo qui avait soutenu la candidature de Benoît Hamon, avant de voter Macron au second tour mais en tenant à préciser qu'il ne s'agissait pas d'"un vote de coeur".

D'ici au premier Conseil des ministres de son quinquennat, Emmanuel Macron devrait désigner lundi son Premier ministre et former son gouvernement mardi.

Dès lundi également, il sera à Berlin pour y rencontrer Angela Merkel, qui avait souligné lors d’une précédente rencontre leurs nombreuses "convergences" de vues.

En 2012, François Hollande avait rendu visite le jour même de son investiture à Angela Merkel lors d'un premier déplacement resté dans toutes les mémoires: la foudre s'était abattue sur son Falcon...

Emmanuel Macron entend également se rendre très prochainement sur un théâtre d'opérations, auprès des troupes françaises, sans doute en Afrique.

En attendant et à l'abri des regards, François Hollande fait ses cartons. Il a reçu vendredi après-midi le personnel de l'Elysée dans la Salle des fêtes.

Dimanche, sitôt le portail de l'Elysée refermé derrière lui, le désormais ex-président prendra la direction du siège du PS, comme l'avait fait avant lui François Mitterrand en 1995.

Pour le reste, une seule certitude : après quelques jours de vacances, il s'installera dans ses nouveaux bureaux de la rue de Rivoli, avec vue sur l'Assemblée nationale. Contrairement à Nicolas Sarkozy, François Hollande s'est bien gardé d'annoncer son retrait de la vie politique.

"Il ne faut jamais dire jamais dans la vie", a observé le président sortant, qui sera officiellement retraité de la Cour des comptes lundi et s'apprête, de son propre aveu, à lutter contre un "sentiment de vide".

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le