Hollande met en garde contre le “spectacle du tribun” Mélenchon

Hollande met en garde contre le “spectacle du tribun” Mélenchon

François Hollande adresse, dans les colonnes du Point, une mise en garde voilée contre le vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Hollande adresse, dans les colonnes du Point, une mise en garde voilée contre le vote en faveur de Jean-Luc Mélenchon, pointant le "péril" consistant à regarder "le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte".

"Il y a un péril face aux simplifications, face aux falsifications, qui fait que l’on regarde le spectacle du tribun plutôt que le contenu de son texte", a déclaré le chef de l'Etat à l'hebdomadaire, selon des propos reproduits sur le site internet du Monde.

M. Mélenchon distance nettement le candidat du PS Benoît Hamon dans les sondages d'intentions de vote, à onze jours du premier tour de l'élection présidentielle.

"Je considère que la politique a besoin de renouvellement", a par ailleurs répondu le chef de l'Etat, interrogé sur la candidature d'Emmanuel Macron et la fondation voici un an de son mouvement En Marche!, un pari "pour le moins audacieux".

Fin mars à Jakarta, le chef de l'Etat s'était exprimé devant quelques journalistes à propos de son successeur à l'Elysée. "Si c'est un ancien ministre de ce gouvernement, c'est différent, une autre phase, mais ce n'est pas la même chose que d'avoir un ancien opposant", avait-il dit.

Benoît Hamon a quitté en août 2014 le gouvernement avec Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti, en désaccord sur la politique économique menée. Il a ensuite participé à la "fronde" d'une partie du PS contre l'exécutif. Emmanuel Macron a quitté le gouvernement en juillet 2016 avant d'annoncer sa candidature à l'Elysée.

Dans la même thématique

Hollande met en garde contre le “spectacle du tribun” Mélenchon
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le