Hollande tire à boulets rouges sur les populistes et Trump

Hollande tire à boulets rouges sur les populistes et Trump

François Hollande a vivement dénoncé lundi à Malaga les populistes et extrémistes qui "menacent les intérêts des nations qu'ils...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

François Hollande a vivement dénoncé lundi à Malaga les populistes et extrémistes qui "menacent les intérêts des nations qu'ils prétendent représenter", ainsi que la politique de son homologue américain Donald Trump.

"Les nationalistes ne menacent pas simplement l'Europe, ils menacent aussi les intérêts des nations qu'ils prétendent représenter", a lancé le président français au côté du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, lors d'une conférence de presse commune à l'issue du 25e sommet franco-espagnol.

L'arrivée au pouvoir de populistes, de nationalistes et extrémistes signifierait, a-t-il dit, une "plus grande fragilité pour contrôler l'immigration" et "moins d'exportations, moins d'investissements et donc moins d'emplois".

"Quelle est leur référence, quel est leur modèle?" s'est interrogé M. Hollande, avant de répondre: "Le président des États-Unis et le président de la Russie (Vladimir Poutine) qui ne sont pas des modèles européens."

"Quel est leur souhait pour (résoudre) la crise de la Syrie: de conforter M. Bachar al-Assad?", le président syrien, a-t-il encore demandé.

"La sortie de l'Europe" que proposent les nationalistes signifierait, selon le président Hollande, "le repli, la fin des échanges, une fausse souveraineté qui se traduirait par moins d'emplois, de croissance et de libertés".

"Au nom de l'Europe, l'Europe que nous avons bâtie depuis 60 ans, au nom de la France, de ses intérêts, nous devons refuser ces solutions qui affaibliraient le rayonnement de notre pays" mais aussi "les droits, les protections, les libertés et les possibilités d'emploi et d'activité économique", a-t-il insisté.

M. Rajoy a lui aussi pris la défense des acquis de l'UE, mais il a estimé que les partis populistes ne parviendraient pas à faire éclater l'Europe.

Évoquant la crise des subprimes, qui avait mis sur les genoux l'économique mondiale en 2008, M. Hollande a vertement critiqué M. Trump, sans toutefois le nommer.

"Les crises ne viennent pas de nulle part, elles viennent d'un certain nombre de comportements, de laxisme, de dérégulations, celles-là même que l'on voudrait, de nouveau, aux États-Unis introduire", a-t-il déploré.

Dans la même veine, il a pointé les "puissances qui ne veulent pas de l'Union européenne", allusion apparente au président américain qui s'était bruyamment réjoui du Brexit et l'avait érigé en modèle pour d'autres pays européens mais aussi à la Russie soupçonnée d'appuyer des candidats anti-européens dans les prochains scrutins sur le vieux continent.

M. Hollande, qui a multiplié ces dernières semaines les critiques à l'égard de M. Trump, a aussi lancé: "On ressemblerait à quoi si l'Europe réalisait des murs et demandait aux pays africains de les payer?"

Comme on lui demandait par ailleurs s'il en appelait à l'union de la gauche en France pour empêcher une possible victoire de la présidente du Front national, Marine Le Pen, au second tour de l'élection présidentielle en mai, M. Hollande a botté en touche, estimant que Malaga n'était pas "le lieu" pour se prononcer sur cette question.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le