Hommage au policier tué sur les Champs-Elysées

Hommage au policier tué sur les Champs-Elysées

François Hollande a rendu hommage au policier tué jeudi dernier lors de l'attentat des Champs-Elysées.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Ce matin, François Hollande a rendu un hommage national à Xavier Jugelé, le policier tué jeudi lors de l'attentat sur les Champs-Elysées. 

Le président de la République avait invité Emmanuel Macron et Marine Le Pen à se joindre à la cérémonie. Le Premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl étaient également présents à ses côtés, de même que son prédécesseur Nicolas Sarkozy et que les anciens Premiers ministres Manuel Valls, Jean-Marc Ayrault et Jean-Pierre Raffarin. La maire de Paris Anne Hidalgo et les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat Claude Bartolone et Gérard Larcher ont eux aussi répondu à l'appel. 

Tombé dans sa lutte contre le terrorisme, Xavier Jugelé a été élevé à titre posthume au rang de capitaine et décoré de la Légion d'honneur. 

« Derrière le policier, il y avait l'homme »

Son conjoint lui a rendu hommage avec beaucoup d'émotion et de dignité une quinzaine de minutes après le début de la cérémonie : « Derrière le policier, il y avait l’homme et on ne devient policier ou gendarme que par choix. Cette mission noble est régulièrement mise à mal. » Il a aussi tenu à reprendre les mots d'Antoine Leiris, dont la femme est morte lors des attentats du Bataclan, pour signifier qu'il ne ressent pas de haine. 

Hommage à Xavier Jugelé : son conjoint s'exprime
06:54

Hollande : « C'est en policier qu'il est tombé »

Hommage national à Xavier Jugelé - Allocution de François Hollande
18:57

Ce fut ensuite au tour de François Hollande de s'exprimer. « C’est parce qu’il était policier qu’il a été frappé et c'est en policier qu’il est tombé » a t-il commencé. Il a rappelé les huit policiers et quatorze gendarmes « morts dans l'exercice de leurs fonctions » au cours de l'année 2016 et affirmé que Xavier Jugelé comptait désormais parmi « ces héros du quotidien », comme c'est le cas des deux polciiers blessés jeudi dernier au moment de l'attentat, qu'il associe à cet hommage.

Le président de la République appelle à « la plus grande fermeté » car « agresser un policier ou un gendarme c’est atteindre l’autorité même de l’Etat, c’est une circonstance aggravante et la justice doit en prendre mesure ». 

C'est enfin aux candidats à sa succession qu'il s'est adressé, leur demandant d'accorder les ressources budgétaires nécessaires au recrutement des forces de l'ordre et aux moyes qui leur sont alloués. « Ce qui est attendu c’est de la constance, de la persévérance et de la cohérence dans l’effort plutôt que de la surenchère et de la rupture » a t-il renchéri.

 

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le