Hôpital : « Pas de hausse générale des salaires », prévient Agnès Buzyn

Hôpital : « Pas de hausse générale des salaires », prévient Agnès Buzyn

Face au malaise des personnels hospitaliers, la ministre de la Santé a exclu toute revalorisation générale du point d’indice. Elle souhaite cependant concentrer ses efforts sur les « métiers en tension », notamment en les rendant « plus attractifs ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Les personnels des urgences, engagés dans un mouvement social commencé au printemps, n’auront pas de coup de pouce supplémentaire dans leur rémunération. Invitée de Public Sénat, LCP-Assemblée nationale et Le Figaro Live, la ministre de la Santé a exclu tout passage de la prime mensuelle à 300 euros net, ce que réclame par le collectif Inter-Urgences. Le geste du gouvernement en restera à la prime de 100 euros net, instaurée en juillet. « C’est déjà une forte augmentation », a insisté Agnès Buzyn, dans l’émission Audition publique.

Elle s’est montrée également défavorable à toute progression du point d’indice de la fonction publique hospitalière. « Sur la valeur du point, ce n’est pas comme ça que nous pouvons travailler parce que la fonction publique hospitalière, c’est 1,2 million personnes. Tous les métiers ne sont pas en tension et donc nous devons valoriser les métiers de soins », a-t-elle argumenté. Elle a toutefois rappelé qu’une prime de « coopération » de 80 euros net par mois pour les soignants qui réaliseraient de nouvelles tâches, comme une prescription de radios ou la réalisation de sutures.

AP-HP : Agnès Buzyn évoque la question du logement des soignants

Pour les métiers en tension, la ministre a fait savoir qu’elle travaillait sur « valorisation des métiers » et une « amélioration » des conditions de travail, reconnaissant qu’il y avait un « défaut d’attractivité ». « « On a du mal à fidéliser les personnels, je pense aux aides-soignantes, je pense aux infirmières. » Agnès Buzyn n’a cependant pas détaillé le type de mesures qu’elle comptait prendre concrètement. Dans le cas particulier des hôpitaux parisiens de l’AP-HP, elle a notamment identifié le coût de la vie et notamment le logement, responsable selon elle, de « très longs trajets » pour certains personnels.

Plus largement, Agnès Buzyn a rappelé que la stratégie « Ma Santé 2022 », avec la réorganisation des parcours de soins, allait progressivement alléger la charge pensant sur l’hôpital. Insistant sur la hausse du budget des hôpitaux l’an passé, la ministre a déclaré qu’elle continuerait à s’opposer, l’an prochain encore, à une politique de réduction des tarifs hospitaliers. « Je m’engage de nouveau cette année à avoir des tarifs au minimum équivalents à ceux de cette année, soit stables, soit en hausse », a-t-elle souligné.

Urgences pédiatriques : la grande colère de la ministre

Erreur dans les urgences pédiatriques : Buzyn est « extrêmement en colère »
01:40

La ministre s’est par ailleurs exprimée sur les urgences pédiatriques en tension de la grande couronne parisienne : 13 hôpitaux sont en situation de déficit d’internes, à la suite de mauvais calculs dans les affectations. « Je peux vous dire que suis extrêmement en colère », a réagi Agnès Buzyn. Selon elle, l’erreur a été commise par des enseignants en médecine générale, qui « se sont trompés dans les chiffres ».  « Ils en ont mis trop dans le centre de Paris et pas assez dans la couronne ».

Pour des raisons juridiques, l’administration ne pourra pas imposer aux étudiants une nouvelle réaffectation. Mais l’agence régionale de santé a promis une prime de 500 euros par mois pour encourager les internes en poste à Paris à se réorienter vers la grande couronne.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le