Huile de palme :« Il y a une instrumentalisation de ce dossier » par la FNSEA, selon Gabriel Attal

Huile de palme :« Il y a une instrumentalisation de ce dossier » par la FNSEA, selon Gabriel Attal

Gabriel Attal, porte-parole de LREM, réagit aux blocages d’une dizaine de raffineries mardi, à la suite d’un appel de la FNSEA. Il explique que « derrière la FNSEA, il y a le groupe Avril » qui importe lui-même de l’huile de palme.
Public Sénat

Par Maud Larivière

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le blocage de certains dépôts et raffineries de carburant se poursuit mardi matin. Ce mouvement, initié par la FNSEA, dénonce l’importation d’huile de palme par l’entreprise Total à destination de la bioraffinerie de la Mède.

« Il faut remettre les choses dans leur contexte » explique Gabriel Attal, porte-parole LREM. « On a un accord qui a été signé entre Total et le précédent gouvernement, l’État donc, qui prévoyait la transformation de la raffinerie de la Mède en bioraffinerie. On n’a pas l’habitude de revenir sur des accords signés avec l’État, parce qu’on a une assez haute considération de l’État ».

Chose rare, la FNSEA et les ONG environnementales se retrouvent main dans la main dans ce conflit. Moins pour des revendications de préservation des forêts et de la santé, le premier syndicat agricole dénonce la concurrence déloyale de l’huile de palme avec la filière colza . « Nicolas Hulot a dit sa vigilance. Et donc on a demandé à Total de réduire la part de l’huile de palme, traitée dans cette bioraffinerie, qui sera en dessous de 50%, donc ce sont des garanties qui sont fortes » informe le député, avant de préciser : « Le sujet de l’huile de palme, c’est surtout un sujet européen. Il y a des négociations qui sont en cours, il y a une directive européenne qui se prépare sur la sortie de l’huile de palme des biocarburants à horizon 2021, donc on travaille là-dessus ».

Selon lui, le mouvement de protestation cache un autre objectif : « Il y a un peu une instrumentalisation de la part de la FNSEA de ce dossier. Parce que derrière qu’est-ce qu’il y a ? Il y a un groupe qui s’appelle Avril, qui est une entreprise qui gère la filière colza en France. Ce groupe Avril qui, aujourd’hui, bloque des raffineries et explique que c’est scandaleux d’importer de l’huile de palme, importe lui-même 200 000 tonnes d’huile de palme tous les ans. Donc il faut un peu balayer devant sa porte, avant de se permettre de critiquer l’action qui est menée » réplique Gabriel Attal. Le groupe agro-industriel Avril, est le leader mondial pour la production de semences de palmiers à huile, et importe lui aussi massivement de l’huile de palme pour fabriquer du biodiesel. Jusqu’en février 2017, il était présidé par Xavier Belin, le leader de la FNSEA, décédé brutalement il y a un an et demi.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le