Hulot veut aider l’économie sociale et solidaire à “changer d’échelle”

Hulot veut aider l’économie sociale et solidaire à “changer d’échelle”

Nicolas Hulot a affiché mercredi ses ambitions pour le secteur de l'économie sociale et solidaire (ESS), qu'il veut aider à ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Nicolas Hulot a affiché mercredi ses ambitions pour le secteur de l'économie sociale et solidaire (ESS), qu'il veut aider à "changer d'échelle".

Lors du lancement de la 10e édition du mois de l'ESS, le ministre de la Transition écologique et solidaire a salué "un entreprenariat où l'humain prime sur le profit".

L'ESS représente "10% du PIB, 2,3 millions de salariés et 13 millions de bénévoles", a-t-il rappelé.

Ses 165.000 entreprises sont actives dans des domaines tels que la lutte contre l'illettrisme et le décrochage scolaire, l'autonomie des personnes âgées ou handicapées, ou encore la lutte contre l'exclusion et le chômage.

La loi de 2014 sur l'ESS avait pour la première fois défini le périmètre de ce secteur qui concilie activité économique et utilité sociale.

M. Hulot, qui souhaite que l'ESS devienne "la norme" en France, a exposé "deux priorités".

La première est de "bâtir un pacte de consolidation et de croissance à cinq ans", a-t-il dit, avec "un cadre de règles adaptées" qui ne "freinent pas les acteurs de l’ESS".

Il s'agit de rassembler l'ensemble des "mesures d'ordre fiscal, financières, règlementaires et législatives, qui vont permettre d'accélérer la performance économique et l'impact social et environnemental des entreprises de l'ESS", a-t-il expliqué.

"Ces mesures doivent également encourager les coopérations et les regroupements d'entreprises de l'ESS", pour leur permettre de "changer d'échelle et répondre à davantage de besoins sociaux et environnementaux".

Ces regroupements sont "souhaitables pour répondre aux exigences de la commande publique, notamment en termes de volume", a-t-il fait valoir.

L'autre priorité sera de créer un "accélérateur d'innovation sociale" pour "permettre aux acteurs de l'ESS de renouer avec ce qui est leur marque de fabrique, l'innovation".

Cet outil sera "axé sur les grands défis de notre société tels que la transition écologique, la transition numérique, la jeunesse, la ruralité, l'autonomie et l'insertion sociale", a précisé M. Hulot devant une assemblée d'acteurs de l'ESS.

"On va se retrouver en fin d'année ou début d'année prochaine pour que nous puissions transcrire cette ambition en actes", a-t-il déclaré, en présence du Haut-Commissaire à l'ESS Christophe Itier, chargé d'élaborer cette feuille de route.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Hulot veut aider l’économie sociale et solidaire à “changer d’échelle”
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le