Il était temps de reparler d’une « Europe de la défense » pour Jean Arthuis

Il était temps de reparler d’une « Europe de la défense » pour Jean Arthuis

Emmanuel Macron participe ce jeudi à son premier Conseil européen. Il y défend notamment une « Europe de la défense ». Un discours qui intervient « au bon moment » selon Jean Arthuis, invité de Politique 360, sur Public Sénat.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« On a besoin d’une Europe qui nous protège, et cette Europe-là va peut-être enfin pouvoir parler aux Européens », espère Jean Arthuis.  Selon lui, il est temps, 63 ans après l’échec de la Communauté européenne de la défense (CED), de reparler d’une « Europe de la défense comme le fait Emmanuel Macron.

Il fait état de deux éléments déclencheurs, à l’origine de la prise de conscience de « la fragilité des institutions européennes » : le Brexit et l’élection de Donald Trump. « Ceux qui défendaient le maintien dans l’UE étaient pratiquement inaudibles parce que l’Europe ne parle pas aux Européens, elle n’a pas de projet, pas de stratégie », analyse le député européen. Quant à l’élection de Trump, elle a permis de se rendre compte que « les États-Unis pourraient se replier sur eux-mêmes et cesser d’être le secours providentiel en cas de difficulté, qui dispense les Européens de se prendre en charge eux-mêmes ».

Jean Arthuis déplore une Europe « restée une affaire de chefs d’État et de gouvernement » et rappelle que « face à la mondialisation, il n’y a que l’Europe qui peut nous permettre d’assumer certaines de nos prérogatives de souveraineté ». Un message à l’adresse des nationalistes, dont la popularité augmente un peu partout en Europe.

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le