Il menaçait de tuer Macron le 14 juillet: un homme mis en examen

Il menaçait de tuer Macron le 14 juillet: un homme mis en examen

Il menaçait de tuer Emmanuel Macron le 14 juillet : un homme de 23 ans proche de l'idéologie d'extrême droite qui voulait s'attaquer au...
Public Sénat

Par Sophie DEVILLER et Pauline TALAGRAND

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Il menaçait de tuer Emmanuel Macron le 14 juillet : un homme de 23 ans proche de l'idéologie d'extrême droite qui voulait s'attaquer au président lors du défilé militaire de la Fête nationale a été mis en examen et écroué.

Interpellé le 28 juin à son domicile d'Argenteuil (Val-d'Oise), il a été mis en examen samedi pour "entreprise individuelle terroriste", a-t-on appris de source judiciaire, confirmant une information de RMC.

Le suspect, qui s'est décrit comme "nationaliste" lors de sa garde à vue, avait de multiples cibles : il a déclaré aux enquêteurs de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) vouloir s'en prendre également à des "musulmans, juifs, noirs, homosexuels", selon une source proche de l'enquête.

Il a été repéré après avoir cherché à faire l'acquisition d'une arme à feu sur un site de jeux vidéo.

Plusieurs internautes l'ont signalé sur la plateforme Pharos (Plateforme d'harmonisation, d'analyse, de recoupement et d'orientation des signalements), qui permet de porter à la connaissance des autorités les contenus ou comportements illicites sur internet.

Lors des perquisitions, les policiers ont découvert trois couteaux de cuisine dans son véhicule. L'exploitation de son ordinateur a révélé qu'il avait effectué des recherches sur internet concernant des cibles potentielles, a ajouté la source proche de l'enquête, sans plus de précisions.

- 'Pété les plombs' -

Emmanuel Macron assistera le 14 juillet à son premier défilé en tant que chef de l'Etat, en compagnie notamment du président des Etats-Unis Donald Trump.

Anders Behring Breivik, le 15 mars 2016 à Skien en Norvège
Anders Behring Breivik, le 15 mars 2016 à Skien en Norvège
AFP/Archives

Le jeune homme est connu de la justice : il avait été condamné en 2016 à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis et mise à l'épreuve pour provocation à la haine raciale et apologie du terrorisme après avoir vanté les actes du néo-nazi Anders Behring Breivik, qui avait tué 77 personnes en Norvège, dont 69 sur l'île d'Utoya, le 22 juillet 2011.

Son projet et son profil rappellent celui de Maxime Brunerie, qui avait visé le président Jacques Chirac alors qu'il remontait les Champs-Elysées en voiture le 14 juillet 2002, peu avant le début du défilé.

Sa tentative de tir au fusil 22 long rifle, qu'il avait dissimulé dans un étui à guitare, avait été déviée par un spectateur et il avait été ensuite maîtrisé par plusieurs personnes.

Brunerie, ancien militant de la mouvance nationaliste identitaire, proche de l'extrême droite, a été condamné en décembre 2004 à dix ans de réclusion criminelle. "Je voulais faire quelque chose d'historique", avait-il expliqué lors de son procès.

Après sa libération le 3 août 2009, il a déclaré avoir "complètement pété les plombs". "Il y avait une part de roue libre, de narcissisme complètement incontrôlé", a-t-il estimé.

Par ailleurs, dans une affaire distincte, un homme de 21 ans, proche de l'ultra-droite qui menaçait sur les réseaux sociaux de s'en prendre à des "migrants" et des "jihadistes", a été arrêté le 27 juin dans les Bouches-du-Rhône et mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Lui aussi était un admirateur d'Anders Behring Breivik.

Dans la même thématique

Il menaçait de tuer Macron le 14 juillet: un homme mis en examen
3min

Politique

Européennes 2024 : Marie Toussaint plaide pour « un pacte de non-agression à gauche »

Alors que la Nupes s’est décomposée durant les dernières semaines, Jean-Luc Mélenchon a acté, samedi 2 décembre, la fin de la Nupes. Cet été, l’idée d’une liste commune entre les partis de la Nupes pour les élections européennes de juin 2024 avait déjà commencé à fracturer l’alliance, en particulier chez les écologistes. En juillet 2023, le parti de Marine Tondelier, habitué aux bons résultats lors des scrutins européens, désigne Marie Toussaint tête de liste pour les élections européennes.  « La réparation est l’un des objectifs de l’écologie politique, le meeting a duré trois heures, c’était très dense » Si les écologistes rejettent l’idée d’une liste commune à gauche, la députée européenne Marie Toussaint plaide pour « un pacte de non-agression à gauche ». Pour rappel, une liste ne peut élire des députés au Parlement européen uniquement si elle dépasse un seuil de 5 %. « Je pense que l’on a des combats essentiels à mener, c’est ce qui doit concentrer toute notre attention », juge Marie Toussaint qui estime que le combat doit être mené contre les partis nationalistes qui continuent de progresser au sein de l’Union européenne. En proposant ce pacte de non-agression, Marie Toussaint rappelle qu’elle souhaite orienter sa campagne autour de « la douceur ». Une approche qui suscite l’étonnement, ou l’incompréhension, notamment après le meeting de lancement de la campagne. Ce 2 décembre, la tête de liste écologiste avait convié un groupe de danseuses pratiquant la « booty-therapy », une danse permettant de « s’assumer ». « La réparation est l’un des objectifs de l’écologie politique, le meeting a duré trois heures, c’était très dense », justifie Marie Toussaint qui assume vouloir mener une campagne « sensible ». « La douceur, dans un monde meurtri par la violence politique et sociale, est un horizon de sauvegarde, c’est un objet de combativité », développe Marie Toussaint pour laquelle cette approche peut être payante.  « Il faut sortir les lobbys des institutions, il faut une législation de séparation des lobbys des institutions européennes » Alors que les négociations de la COP 28 se déroulent actuellement à Dubaï avec un nombre record de lobbyistes présents. Selon Marie Toussaint, que cela soit durant les négociations internationales ou au sein des institutions européennes, les lobbys, notamment pétroliers, doivent être écartés des espaces de discussions. « Il faut sortir les lobbys des institutions, il faut une législation de séparation des lobbys des institutions européennes », développe Marie Toussaint alors que les groupes d’intérêts occupent une place importante dans le processus législatif européen. Outre le lobby des énergies fossiles, la tête de liste écologiste prend également pour cible la fédération des chasseurs et son président Willy Schraen qui mènera une liste aux élections européennes. Accusée par ce dernier de prôner une écologie déconnectée, Marie Toussaint a, de nouveau, proposé d’organiser un débat avec Willy Schraen afin de « vérifier qui est du côté de l’agro-industrie et qui est du côté des paysans ». Marie Toussaint fustige notamment l’hypocrisie du patron des chasseurs considérant que ce dernier défend « une vision de l’agriculture sans paysans ».

Le

L’hémicycle du Sénat
7min

Politique

Aide médicale d’Etat : la majorité sénatoriale divisée sur les conclusions du rapport Stefanini Evin

Un rapport remis lundi au gouvernement balaye l’hypothèse d’une suppression de l’Aide médicale d’Etat (AME), tout en préconisant une réforme du dispositif. Cette étude prend toutefois ses distances avec le chemin tracé par la majorité sénatoriale, qui a fait disparaître l’AME lors de l’examen du projet de loi immigration en novembre, pour lui substituer une aide d’urgence.

Le