“Il n’y aura pas de remise en cause des aides sociales”, assure Buzyn

“Il n’y aura pas de remise en cause des aides sociales”, assure Buzyn

Les aides sociales ne seront pas "remises en cause", a affirmé mercredi Agnès Buzyn, promettant, dès "la semaine prochaine", un...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Les aides sociales ne seront pas "remises en cause", a affirmé mercredi Agnès Buzyn, promettant, dès "la semaine prochaine", un plan pour la prise en charge des personnes âgées, puis une stratégie contre la pauvreté des jeunes en juillet.

Interrogée à l'Assemblée par le député communiste Hubert Wulfranc à propos d'un document de Bercy, révélé vendredi par Le Monde et étudiant plusieurs pistes pour revoir les critères d'attribution de certaines aides sociales ou réduire leur montant, la ministre a répondu que "protéger l'action des plus fragiles, c'est l'un des piliers de l'action de ce gouvernement".

"Il n'y aura pas de remise en cause des aides sociales", a insisté Agnès Buzyn.

Dans les pistes examinées par Bercy, figurent une révision des "règles d'éligibilité" des prestations, une meilleure prise en compte du patrimoine des personnes dans le calcul des allocations, ou une désindexation des minima sociaux sur l'évolution des prix. La note passe en revue plusieurs dispositifs, comme l'allocation personnalisée pour l'autonomie (APA), destinée aux personnes âgées, qui pourrait être recentrée "sur les publics prioritaires". Elle suggère encore "d'accroître le ciblage" des bourses attribuées aux étudiants sur critères sociaux.

Dimanche, le ministre des Finances Bruno Le Maire a évoqué une réduction des aides sociales à l'emploi dans l'objectif de baisser les déficits publics, s'il y a suffisamment de créations d'emplois dans le privé.

Mercredi, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a au contraire estimé qu'il ne fallait "pas toucher aux prestations sociales individuelles" mais plutôt aux aides aux entreprises.

"Je présenterai, début juillet, une stratégie de lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes" pour "mettre l'accent sur les inégalités sociales", a assuré de son côté Mme Buzyn dans l'hémicycle. "Nous renforcerons l'accès à la formation des jeunes les plus éloignés de l'emploi, nous ne devrons plus laisser aucun jeune sortir de l'aide sociale à l'enfance par exemple, sans solution de logement, de formation ou d'emploi", a-t-elle détaillé.

"J'annoncerai également, (...) la semaine prochaine, un plan pour la prise en charge des personnes âgées, que ce soit à domicile ou en établissement, et notre axe prioritaire sera de lutter contre la perte d'autonomie", a-t-elle aussi rappelé.

"Nous serons très attentifs au maintien des aides qui permettent aux personnes âgées de rester chez elles plus longtemps, et d'éviter d'entrer en institution", a-t-elle conclu.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

“Il n’y aura pas de remise en cause des aides sociales”, assure Buzyn
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le