« Il n’y a que dans les grandes dictatures qu’on a vu ça ! » : François-Noël Buffet (LR) étrille l’attitude d’Éric Ciotti

Le sénateur LR François-Noël Buffet a réagi ce 12 juin à la décision du bureau politique des Républicains, qui a prononcé l'exclusion du président du parti Éric Ciotti. Ce que refuse d’accepter ce dernier.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Du jamais vu dans l’histoire de la droite française. Le président du parti Éric Ciotti a été exclu des Républicains à l’unanimité au cours d’un bureau politique ce mercredi, après avoir proposé de sa seule initiative une alliance avec le Rassemblement national aux législatives. Désavoué par la totalité des dirigeants du parti, le député des Alpes-Maritimes a refusé d’accepter la décision du bureau politique, « mise en œuvre en violation flagrante », selon lui, des statuts de LR. « Je suis et reste le président de notre formation politique, élu par les adhérents », a clamé le dirigeant niçois.

Invité de Public Sénat au même moment, le sénateur François-Noël Buffet (LR) a fait part de sa stupéfaction devant la volonté de son président déchu de s’accrocher à son siège. « Si cet homme arrivait à ses fins et au gouvernement, voilà par qui serait occupé le gouvernement de la France », s’est-il exclamé.

Le président de la commission des lois du Sénat reste médusé par les évènements qui viennent de se produire à la tête de son parti. « Il n’y a que dans les grandes dictatures qu’on a vu ça ! […] Imaginez un président d’un groupe politique bunkerisé refusant les décisions, mis en cause par l’unanimité de ses pairs », réagit le sénateur de Lyon, abasourdi. « Tout le monde a bien compris dans cette affaire qu’Éric Ciotti avait mené la manœuvre pour se sauver lui-même dans sa circonscription de Nice, ça ne trompe personne. »

Dans la même thématique

 « Il n’y a que dans les grandes dictatures qu’on a vu ça ! » : François-Noël Buffet (LR) étrille l’attitude d’Éric Ciotti
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le