« Il y a eu de la part du président une volonté de disruption par rapport aux partis politiques traditionnels, ce qui est préjudiciable aujourd’hui », affirme Louis Giscard d’Estaing

Invité de la matinale de Public Sénat pour les 50 ans de l’entrée de Valéry Giscard d’Estaing à l’Elysée, Louis Giscard d’Estaing est revenu sur l’héritage politique de son père ainsi que la place du centre dans la vie politique française.
Henri Clavier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Pratiquement 2 Français sur 3 pensent que le septennat de Valéry Giscard d’Estaing a fait progresser la France », explique Louis Giscard d’Estaing, ancien député, désormais maire de Chamalières et président de la fondation Valéry Giscard d’Estaing. Élu en 1974 contre François Mitterrand, Valéry Giscard d’Estaing devient le plus jeune président de la Vè République au terme d’une « campagne marquée par la spontanéité et la jeunesse ». Rapidement, la trajectoire d’Emmanuel Macron a été rapprochée de celle de Valéry Giscard d’Estaing, d’abord par leur jeunesse mais aussi par un positionnement au centre et l’ambition de s’adresser aux deux tiers des Français. 

Entre Emmanuel Macron et Valéry Giscard d’Estaing, une « situation très différente »

La volonté affichée de réformer la France a souvent été utilisée pour comparer Emmanuel Macron et Valéry Giscard d’Estaing. Pour son fils, le « giscardisme » se caractérise par l’anticipation et la vision, Louis Giscard d’Estaing prenant la mise en place du grand pan électro-nucléaire comme exemple. Malgré cela, celui qui est aujourd’hui membre de l’UDI hésite à faire d’Emmanuel Macron l’héritier politique de Valéry Giscard d’Estaing. « Il y a eu de la part du président une volonté de disruption par rapport aux partis politiques traditionnels et je pense que c’est quelque chose qui est préjudiciable aujourd’hui », note Louis Giscard d’Estaing qui rappelle qu’Emmanuel Macron n’avait jamais été élu avant 2017. Avant d’accéder à la plus haute magistrature de l’Etat, Valéry Giscard d’Estaing était élu député depuis 1956 et avait acquis une longue expérience de ministre. « [Emmanuel Macron] arrive avec un parcours très court, c’est une situation très différente », poursuit Louis Giscard d’Estaing qui insiste sur l’expérience politique de son père au moment de son élection.

« La question c’est de savoir à quoi sert un ancien président de la République »

Alors qu’il aura 50 ans en 2027 et ne pourra pas concourir à une nouvelle élection présidentielle, la suite de la carrière politique d’Emmanuel Macron reste incertaine. Battu en 1981, Valéry Giscard d’Estaing est le premier à avoir exercé des mandats électoraux après avoir été président de la République. « La question c’est de savoir à quoi sert un ancien président de la République, mon père a considéré qu’il pouvait reprendre des mandats », note Louis Giscard d’Estaing rappelant la suite de la carrière politique de son père en tant que député et président du conseil régional d’Auvergne. Si Emmanuel Macron décidait de participer à une nouvelle élection après deux mandats présidentiels, cela pourrait finalement être le principal point commun entre les deux hommes.

Dans la même thématique

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, forte percée pour les autres leaders du Nouveau Front populaire

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le

FRA – RN – LEGISLATIVES – CONF DE PRESSE BARDELLA
5min

Politique

Le « barrage républicain » contre le RN s'effrite, la gauche principale repoussoir, selon notre baromètre Odoxa

Le dernier relevé du baromètre politique Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait apparaître un renversement historique du « barrage républicain ». Le Rassemblement national ne fait plus figure de repoussoir, et c’est contre le RN qu’un barrage serait le moins susceptible de se former. A l’inverse, le Nouveau Front Populaire semble être la force politique la plus exposée au barrage.

Le

France Vaccines Africa
3min

Politique

Sondage : la popularité d’Emmanuel Macron s’effondre à 27% d’opinions favorables 

A moins d’une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, le pari de la « grande clarification » politique, voulue par Emmanuel Macron à travers la dissolution de l’Assemblée nationale, semble tourner à la déconvenue pour le chef de l’Etat. Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, égratigne la stratégie d’Emmanuel Macron dont la popularité continue de reculer.

Le

Montpellier : New Popular Front atmosphere party
10min

Politique

Nouveau Front populaire : Jean-Luc Mélenchon, un caillou dans la chaussure des partenaires de LFI

L’alliance de gauche semble prise au piège des spéculations autour de son candidat pour Matignon. Le Rassemblement national et la majorité présidentielle ne cessent de renvoyer le Nouveau Front populaire à Jean-Luc Mélenchon, dont les sorties médiatiques nourrissent l’agacement des partenaires de La France insoumise. Le mode de désignation du Premier ministre, en cas de victoire de la gauche, reste également en suspens, même si le principe d’un « consensus » entre les différentes formations semble avoir été arrêté.

Le