Photo illustration d un titre de voyage pour refugie

Immigration : en commission, le Sénat rejette le budget

La commission des finances a décidé de ne pas adopter les crédits de la mission Asile, Immigration asile et intégration du budget 2023. Le rapport du sénateur Reconquête, Sébastien Meurant, dénonce une « contradiction majeure » entre les chiffres et avec l’objectif affiché par l’exécutif en matière d’immigration irrégulière.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Comme l’année dernière, la commission des finances a rejeté les crédits de la mission Asile, Immigration et intégration du budget 2023. Certes, le rapporteur spécial a bien noté une augmentation de plus de 112, 6 millions d’euros (5,9 %) des crédits de paiement de la mission (limite supérieure des dépenses pouvant être payées pendant l’année). Mais l’augmentation des dépenses directement liées à l’éloignement des migrants en situation irrégulière « est bien trop faible », selon Sébastien Meurant qui a rejoint Éric Zemmour, lors de la campagne présidentielle. « En 2023, les dépenses directement liées à l’éloignement des migrants en situation irrégulière représentent 1,65 % des autorisations d’engagement et 2,2 % des crédits de paiement de la mission », note son rapport.

« En contradiction majeure avec l’objectif affiché par le président de la République »

« Le volume de la dépense affectée à cette politique est en contradiction majeure avec l’objectif affiché par le président de la République de rendre effectives les mesures d’éloignement prononcées à l’encontre des étrangers en situation irrégulière », relève le document.« Avec l’actualité tragique que nous connaissons, il y a un manque patent de volonté politique. Je rappelle qu’en 2019, Emmanuel Macron avait promis d’exécuter 100 % des obligations de quitter le territoire (OQTF). Nous sommes à un peu plus de 6 %, les Allemands sont à 50 % et la moyenne européenne est de 33 % », explique le sénateur contacté par publicsenat.fr.

Des dépenses trop concentrées sur l’asile

Il y a quelques mois, un rapport du Sénat précisait toutefois que la France réalisait, malgré tout, plus de retours contraints en volume que les autres pays européens. « Il est égal à celui de la Grèce, de l’Espagne et de l’Italie réunies, qui sont pourtant confrontées à une pression migratoire au moins comparable », indiquait le rapport du président de la commission des lois, François-Noël Buffet (LR).Dans le budget 2023, le coût estimé de la politique française de l’immigration est estimé à 7,1 milliards en hausse par rapport à 2021 (6,7 milliards) et 2020 (6,4 milliards) le rapporteur spécial regrette de voir ses dépenses essentiellement concentrées sur l’asile (63,1 %), sur l’intégration (27 %) alors que seulement 8,4 % sont fléchés vers la lutte contre l’immigration irrégulière., ce qui représente « 44,7 millions d’euros, soit une augmentation de 20,8 % par rapport aux crédits prévus pour 2022 (+ 7,6 millions d’euros). Cette hausse est toutefois bien trop faible et répond d’ailleurs pour une part importante aux conséquences de l’augmentation du prix des carburants sur le coût de l’éloignement », note l’élu.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Immigration : en commission, le Sénat rejette le budget
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le