Immigration : Gérald Darmanin reporte le projet de loi

Immigration : Gérald Darmanin reporte le projet de loi

Dans une interview au « Figaro », le ministre de l'Intérieur annonce qu'une concertation sera d'abord organisée à la rentrée, avant un « grand débat » au Parlement préalable à la présentation du projet.
Public Sénat

Par Mickael Spitzberg

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La patience est une vertu. Et Gérald Darmanin devra s’en parer.
En annonçant, mercredi 3 août, dans une interview au Figaro le report du projet de loi immigration -
dont l'examen devait commencer au Sénat en octobre – le ministre de l’Intérieur se voit contraint de mettre un frein à son activisme débridé, depuis début juillet, sur le thème de l’Immigration.
A la fin du mois, sur RTL, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait annoncé la présentation "à la rentrée de septembre" d'une loi pour lever "les réserves" législatives empêchant l'expulsion du territoire d'étrangers délinquants. Une annonce dont se réjouissait prudemment le président des sénateurs LR, Bruno Retailleau, pour qui l’annonce de ce report a eu l’effet d’une douche froide.

 

Un « grand débat » avant la présentation d’un projet finalisé

Avec ce report, le gouvernement joue la montre et la prudence. Cet été lui a démontré à quel point il pouvait être difficile de trouver des compromis en ne disposant que d'une majorité relative à l'Assemblée nationale. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’un sujet hautement inflammable tel que l’immigration.
Résultat, dans son interview, le ministre de l’Intérieur annonce la mise en place d’une méthode de travail qui se déroulera en deux temps.  
D'abord une concertation, place Beauvau dès la fin août et en septembre, avec les différents partis, partenaires sociaux, associations et représentants de la société civile, « à la demande de la Première ministre ». Un « grand débat sur l'immigration » sera ensuite mis à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale et du Sénat, en octobre, avant la « présentation d'un projet de loi finalisé ».

« Nous avons une proposition de texte législatif, mais, pour un tel sujet, deux mois de concertation ne sont pas de trop », explique ainsi Gérald Darmanin.

 

 « On est pressé car ça fait trop longtemps que nous avons une politique migratoire incohérente » - Jean-Noël Buffet, sénateur (LR) du Rhône.
 

Car, assure le ministre de l’intérieur, « nous souhaitons passer à la vitesse supérieure en France ». « Cela va passer par une réforme profonde de l’organisation de l’asile, une intégration bien plus exigeante des étrangers arrivant sur le territoire national, une réflexion nécessaire sur le rapport entre immigration et économie, ainsi que par une lutte plus intraitable que jamais contre les étrangers délinquants. ».

« Chiche ! », lui répond Jean-Noël Buffet, sénateur (LR) du Rhône et auteur du rapport « Services de l’État et immigration : retrouver sens et efficacité » 
Selon lui, le report du projet de loi est « regrettable ». « Nous ne sommes pas contre le débat mais il ne faut pas traîner, c’est un sujet important. Mais si la méthode permet d’aboutir à un bon texte, nous sommes prêts. », précise Jean-Noël Buffet qui souhaite qu’une loi puisse être votée avant la fin de l’année.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Centrale Nucleaire de Nogent sur Seine, France
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l'écologie ? 

Derrière le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration ou encore l’international, l’écologie se retrouve reléguée parmi les sujets les moins mis en avant par les différents candidats aux législatives, ce qui n’empêche pas des divergences très profondes entre les trois principales coalitions en campagne 

Le

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le