Immigration : « Si les LR ne veulent pas que le texte soit voté qu’ils le disent », s’agace le patron des sénateurs centristes

Au micro de Public Sénat, le président du groupe centriste, Hervé Marseille, s’est agacé du rejet catégorique par ses alliés Républicains de l’article 3 du projet de loi immigration qui prévoit la régularisation des travailleurs sans-papiers dans les métiers en tension.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Il faut arrêter avec toutes ces palinodies […] ça devient n’importe quoi ». Hervé Marseille a commencé à perdre patience, ce mercredi à la sortie des questions d’actualité au gouvernement au Sénat. A deux semaines de l’examen du projet de loi immigration, les cadres de la majorité sénatoriale de la droite et du centre ne parviennent toujours pas à trouver un accord sur leur unique point de divergence : la régularisation des sans-papiers dans les métiers en tension, le fameux article 3.

Selon l’élu des Hauts-de-Seine, les deux groupes de la majorité sont d’accord « sur 98 % du texte », voir 99 %. L’article 4, qui vise à permettre aux demandeurs d’asile de travailler dès le dépôt de leur demande de régularisation, était également une ligne rouge pour la droite. « L’article 4, c’est réglé. On est d’accord. On le supprime comme ça, ça leur fait plaisir », a-t-il annoncé.

Reste l’article 3. Pour Les Républicains, la mesure n’a rien à faire dans la loi et doit passer par une circulaire. Le président du groupe LR, Bruno Retailleau s’est d’ailleurs entretenu avec la Première ministre à ce sujet cette semaine. « Son analyse rejoint la nôtre. Un droit discrétionnaire attaché au pouvoir du préfet qui va juger sur la matérialité du poste occupé mais aussi sur la capacité de l’individu à s’intégrer ou non, c’est préférable à un droit automatique », a-t-il expliqué cet après-midi.

« Ça créera de fait les circonstances d’un appel d’air »

Le président de la commission des lois, François-Noël Buffet (LR), a estimé aussi que conserver l’article 3 « créerait une forme de régularisation, la constitution d’un titre de plein droit, alors qu’on est en situation irrégulière […] Le message envoyé serait encore plus fort que la mesure elle-même. Ça créera de fait les circonstances d’un appel d’air », a-t-il estimé.

Mais voilà, la suppression de l’article 3 handicaperait les chances de voir le texte adopté à l’Assemblée. En effet, une partie de la majorité Renaissance, dont le président de la commission des lois Sacha Houlié, font pression pour conserver le volet régularisation dans le texte.

« Le problème du gouvernement, c’est sa majorité. L’article 3 a été mis dans ce texte uniquement pour faire risette à l’aile gauche de la majorité. Ce n’est pas mon problème. Moi mon problème, c’est d’être utile à la France et aux Français et de contribuer à maîtriser les flux migratoires », a balayé Bruno Retailleau.

 

« Il faut assumer »

Une perception du bien commun diamétralement opposée à celle de son allié Hervé Marseille. « L’article 3 concerne un périmètre très restreint, la restauration, l’agriculture, le bâtiment. 7 000 personnes, des gens qui travaillent qui ne sont pas toujours en situation régulière […] Les Républicains sont d’accord avec nous pour dire qu’on peut régler tout ça par la voie d’une circulaire, en modifiant la circulaire Valls. Le seul point (de divergence) c’est qu’on puisse dire dans l’article 3, ou un autre, qu’on va changer la circulaire parce que sinon à l’Assemblée, ils ne vont pas le voter ».

Hervé Marseille en vient à la conclusion de son raisonnement. « Le problème, c’est de savoir si on veut ou non que ce texte soit voté. Il faut assumer à ce moment-là. Si c’est ça le sujet, qu’ils le disent. Au moins ce sera clair ».

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le