Impôts: Gérald Darmanin, ministre chargé de convaincre un président indécis

Impôts: Gérald Darmanin, ministre chargé de convaincre un président indécis

Jeune loup du gouvernement issu de la droite, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin se retrouve en première ligne sur...
Public Sénat

Par Boris CAMBRELENG

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Jeune loup du gouvernement issu de la droite, le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin se retrouve en première ligne sur le prélèvement à la source, qu'il défend ardemment face à un président en proie au doute.

En déplacement à Pau (Pyrénées atlantiques) jeudi après-midi, M. Darmanin diffusait sur son compte Twitter un message où on le voit "avec les agents qui répondent tous les jours à vos questions sur le prélèvement à la source".

Juste avant, Emmanuel Macron laissait transparaître son hésitation face à ce bouleversement fiscal déjà reporté une fois d'un an, déclarant avoir "besoin d'une série de réponses très précises" avant sa mise en place prévue au 1er janvier.

Alors que le budget 2019 prévoit une progression des retraites et de certaines prestations sociales plus faibles que l'inflation, le prélèvement de l'impôt directement sur la feuille de paie fin janvier risque de mal passer dans l'opinion.

Mais Gérald Darmanin souligne que "les tests effectués montrent l'efficacité du dispositif" ainsi que l'effet positif de la réforme sur la trésorerie des contribuables déjà mensualisés. Seul un ajustement technique pour les 250.000 employés à domicile est encore à l'étude, selon Bercy.

- pas de dissension -

Le ministre et ses équipes continuent à travailler d'arrache-pied pour une mise en oeuvre du dispositif au 1er janvier.

Concernant un éventuel abandon du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu au profit d'un système de mensualisation obligatoire, évoqué notamment par Le Figaro vendredi, "il ne circule pas dans les notes cachetées entre l'administration fiscale, le ministère et Matignon. C'est de la fiction", selon Bercy.

"Il y a l'engagement personnel du ministre, une trentaine de déplacements depuis avril sur le thème du prélèvement à la source, autant d'interviews dans la presse régionale, et plus encore dans la presse nationale pour expliquer et faire la pédagogie de la réforme", explique-t-on au ministère.

"Appuyer sur le frein quand on vous demande d'être à la bonne vitesse, ce serait profondément contre-intuitif", selon la même source.

Le gouvernement a démenti vendredi toute dissension entre le chef de l'Etat et le ministre. "c'est simplement que les gens se parlent et discutent", a fait valoir son porte-parole Benjamin Griveaux.

Il a assuré ne pas douter que "dans les quinze jours qui viennent, Gérald Darmanin apportera les réponses précises, documentées, sur ce sujet, qui est important".

La porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée nationale, Aurore Bergé, a quant à elle assuré que le prélèvement à la source "se fera" et que "sur la question de la date de janvier 2019, on se laisse 15 jours pour savoir exactement la date d'entrée en vigueur".

- Apprécié de Sarkozy -

L’enthousiasme de M. Darmanin pour la réforme ne relève pas de la "fébrilité" mais "au contraire d'une forme de pragmatisme" qui procède de son expérience d'élu local en tant que maire de Tourcoing (Nord) depuis 2014, d'après l'entourage du ministre.

Avec le ministre de l'Economie et des finances Bruno Le Maire, M. Darmanin a constitué la deuxième prise d'Emmanuel Macron à l'UMP après sa victoire.

Ce proche de Xavier Bertrand est élu député du Nord en 2012, quitte son mandat en décembre 2015 et devient conseiller régional des Hauts-de-France, précisément lorsque M. Bertrand remporte la région dans un rude combat face au FN.

En 2016, il est coordinateur de la campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire de la droite, à l'issue de laquelle l'ex-chef de l’État se fait balayer au premier tour.

Celui-ci dit de M. Darmanin, nouveau poids lourd du gouvernement, qu'il est un "grand talent".

Début 2018, l'image du ministre, divorcé et sans enfant, a été ternie par deux démêlés judiciaires avec des femmes.

Dans le premier cas, une plainte pour viol a été classée sans suite et un juge a ordonné un non-lieu après une seconde plainte.

Dans le deuxième cas, une enquête préliminaire pour "abus de faiblesse" suite à la plainte d'une femme qui affirmait s'être "sentie obligée" d'avoir des relations sexuelles avec lui pour obtenir un logement et un emploi, a également été classée sans suite.

Gérald Darmanin de son côté a porté plainte pour dénonciation calomnieuse contre ses deux accusatrices.

Dans la même thématique

L’hémicycle du Sénat
7min

Politique

Aide médicale d’Etat : la majorité sénatoriale divisée sur les conclusions du rapport Stefanini Evin

Un rapport remis lundi au gouvernement balaye l’hypothèse d’une suppression de l’Aide médicale d’Etat (AME), tout en préconisant une réforme du dispositif. Cette étude prend toutefois ses distances avec le chemin tracé par la majorité sénatoriale, qui a fait disparaître l’AME lors de l’examen du projet de loi immigration en novembre, pour lui substituer une aide d’urgence.

Le

TOULOUSE:Nouvelle unite hospitaliere specialement amenagee (UHSA)
3min

Politique

Attentat de Paris : une proposition de loi du Sénat pour fixer une durée de sûreté d’hospitalisation en psychiatrie

L’attentat de Paris commis par un homme souffrant de troubles psychiatriques et qui était soumis à une injonction de soins jusqu’en en avril, relance le débat sur l’irresponsabilité pénale. La sénatrice centriste, Nathalie Goulet a redéposé un texte datant de 2021 qui prévoit pour les personnes ayant été déclarées irresponsables pénalement, une durée de sûreté d’hospitalisation.

Le

Budget : un rapport du Sénat épingle la progression du coût de l’aide médicale d’État
6min

Politique

« L’aide médicale d’État n’apparaît pas comme un facteur d’attractivité » pour l’immigration, selon un rapport commandé par le gouvernement

Considéré comme « un appel d’air » migratoire par la droite sénatoriale, l’aide médicale d’État avait été supprimée dans le cadre du projet de loi immigration avant d’être réintégrée en commission par les députés. Un rapport sur ce dispositif commandé par l’exécutif vient tempérer cette affirmation et juge ce dispositif à destination des étrangers en situation irrégulière « globalement maîtrisé ».

Le