Industrie : Jordan Bardella veut « brader la France », accuse Roland Lescure

Le ministre de l’Industrie tire à boulets rouges sur les propositions du Rassemblement national concernant la politique énergétique et industrielle que la France devrait mener. Une manière de tenter de discréditer le parti d’extrême droite, qui caracole en tête des intentions de vote aux Européennes, à deux semaines du scrutin
Rédaction Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Faire de la politique industrielle de la France un angle d’attaque pour contrer le Rassemblement national à l’approche des élections européennes : c’est le parti pris du ministre délégué chargé de l’industrie et de l’énergie, Roland Lescure. Tandis que la candidate de la liste Renaissance, Valérie Hayer, traverse une campagne morose, distancée plus de 15 points derrière Jordan Bardella dans la plupart des enquêtes d’opinion, Roland Lescure choisit son terrain pour attaquer le candidat d’extrême droite : « Ce que propose Jordan Bardella, c’est de brader la France », s’indigne le ministre de l’Industrie. En cause, la proposition du poulain de Marine Le Pen de remettre en cause les règles du marché européen de l’électricité.

Le marché unique, « une force » pour l’Europe

L’argument du Rassemblement national est le suivant : la France étant exportatrice d’électricité, pourquoi ne pas rétablir un prix français de l’électricité, uniquement basé sur les coûts de production d’EDF ? « La France exporte, sauf quand elle n’exporte pas. Il y a un an et demi on a manqué d’électricité : on était bien content d’être dans ce marché qui nous permettait d’avoir accès à des électrons », rétorque Roland Lescure. « Jordan Bardella, le Front national puis le Rassemblement national, ça fait 25 ans qu’ils ont une bataille de retard sur l’Europe et qu’ils les perdent toutes : ils étaient contre l’Europe, ils étaient contre l’Euro, ils étaient contre l’attractivité. Et sur l’énergie, une fois de plus, ils ont encore une bataille de retard ». A rebours du Rassemblement national, Roland Lescure prêche l’avantage que confère selon lui « le marché unique » européen, « la force de l’Europe ».

 

 

L’industrie automobile, instrument de campagne

Un marché unique où se joue une concurrence féroce entre ce qu’il reste d’industrie européenne et les exportations chinoises et américaines. Le secteur automobile est le dernier théâtre en date de cette lutte de l’industrie européenne. Et là encore, le clivage entre la majorité présidentielle et le Rassemblement national est saillant. Face à l’interdiction de la vente des véhicules thermiques en Union européenne après 2035, certains craignent que l’industrie automobile du Vieux continent, pas encore prête à produire exclusivement des véhicules électriques ne soit noyée sous l’abondance de voitures produites en Chine. Raison pour laquelle Jordan Bardella propose de revenir sur cette interdiction. Une hérésie selon Roland Lescure : « Aujourd’hui, vous avez toute une filière qui s’organise, on crée 20 000 emplois à Dunkerque pour fabriquer des voitures électriques. Stellantis s’organise, Renault s’organise », assure le ministre. « Et lui [Bardella] il dit non non, on va attendre ». Les propositions du président du Rassemblement national trouvent pourtant l’oreille de bon nombre d’électeurs, inquiets de voir l’un des derniers bastions industriels européens s’effondrer face à la concurrence chinoise.

Le RN, marchand de peur ?

« C’est tellement typique de Jordan Bardella et ses troupes : on sent une inquiétude, on souffle dessus, on met le feu », tance Roland Lescure, qui assure au contraire chercher des solutions pour « faire de cette crise une opportunité ». « Ça fait 7 ans qu’on crée de l’emploi industriel en France, notamment dans les territoires dont le FN puis le RN se sont nourris du fait du désespoir, de l’inquiétude, de la désindustrialisation ». Le ministre promet « un million de véhicule assemblés en France » à court terme. « C’est pas grâce à Monsieur Bardella », pour qui « les obligations on verra plus tard », tacle Roland Lescure, considérant que le choix de repousser les contraintes revient à rester dépendant « vis-à-vis de la Russie, du Moyen-Orient, de la Chine ». « Evidemment, les véhicules électriques, si on les achète pas chez nous, ils viendront de Chine », assure le ministre. « A Dunkerque on a détruit 10 000 jobs depuis 15 ans, on va en créer 20 000 dans les dix ans qui viennent du fait de la vallée de la batterie. Je leur dis quoi moi à ces 20 000 personnes ? Oh bah non, vos jobs vous les aurez plus tard parce que Monsieur Bardella a considéré que le réchauffement climatique et la transition industrielle on verrait plus tard ? Non ! », martèle Roland Lescure.

 

Dans la même thématique

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Industrie : Jordan Bardella veut « brader la France », accuse Roland Lescure
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le