Sondage : l’inflation mine la popularité d’Emmanuel Macron et profite à Marine Le Pen

Sondage : l’inflation mine la popularité d’Emmanuel Macron et profite à Marine Le Pen

Les difficultés des Français en matière de pouvoir d’achat pèsent sur la popularité d’Emmanuel Macron et d’Élisabeth Borne, selon le baromètre politique d’Odoxa réalisé pour les chaînes parlementaires. Les cadres de la Nupes, comme Jean-Luc Mélenchon, n’en tirent pas profit. Marine Le Pen, en revanche, progresse.
Guillaume Jacquot

Par Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

L’éclaircie aura été de courte durée. La popularité du président de la République et de la Première ministre rechute dans le baromètre politique d’Odoxa d’octobre, réalisé pour Public Sénat, LCP-Assemblée nationale et la presse quotidienne régionale. Emmanuel Macron recueille selon cette enquête 38 % de jugements positifs, effaçant son rebond du mois de septembre. Élisabeth Borne, quant à elle, dégringole de six points, pour revenir à 35 points d’opinions favorables. Le mois d’octobre est également mauvais pour le ministère de l’Intérieur Gérald Darmanin, qui perd trois points en un mois, à 18 % d’opinions favorables.

Evolution de la popularité du chef de l'Etat

La persistance d’une inflation à un niveau élevé, qui pèse sur les budgets des ménages, est l’un des éléments d’explication. 36 % des Français ont le sentiment que le gouvernement « n’agit pas vraiment ou insuffisamment » dans ce domaine, et 37 % disent que l’exécutif agit mais qu’il pourrait faire plus. L’argument, souvent mis en avant par le gouvernement, d’une inflation plus basse en France que dans les autres Etats européens, ne convainc qu’une minorité de Français. 26 % des personnes interrogées considèrent que le « gouvernement agit déjà beaucoup ».

Les sympathisants du Rassemblement national et de la France insoumise sont les plus mécontents. 59 % des personnes proches du RN ont le sentiment que le gouvernement n’agit pas, ou pas assez, contre les effets de l’inflation. Ils sont 48 % chez les sympathisants LFI.

83 % des Français ont fait évoluer leurs habitudes de consommation

En septembre, selon l’Insee, l’inflation sur les 12 derniers mois atteignait en moyenne 5,6 %. L’indice des prix à la consommation, pour les produits alimentaires, est lui à près de 10 %. La hausse des prix affecte fortement le pouvoir d’achat des Français. Selon le baromètre Odoxa, 96 % des Français disent être déjà impactés par ces hausses de prix, 56 % se disent même être très affectés, soit un bond de 11 points par rapport au mois de juin.

Cette inflation, inédite depuis les années 1980, se répercute dans les habitudes de consommation de 83 % des Français, selon Odoxa. 67 % assurent ainsi avoir modifié leur consommation d’énergie, mais aussi 61 % leur consommation quotidienne, 54 % leurs achats de produits alimentaires, et 53 % leur budget vacances et loisirs.

La modification des comportements des consommateurs

Recul important d’Emmanuel Macron chez les sympathisants de gauche

C’est dans les rangs des sympathisants de gauche qu’Emmanuel Macron subit le plus fort recul de popularité. Il perd 21 points chez les sympathisants du Parti socialiste (27 % de popularité) et 8 points dans les sympathisants de la France insoumise (16 % de popularité). Il remonte en revanche chez les sympathisants d’Europe Ecologie-Les Verts (+ 8 points), avec 50 % d’opinions favorables.

Cette mauvaise passe pour le gouvernement ne bénéficie toutefois pas à la NUPES. Marine Le Pen reste deuxième du palmarès de l’adhésion dans le baromètre, avec 34 % d’opinions favorables (derrière Edouard Philippe à 42 %), soit deux points de plus en un mois. Jean-Luc Mélenchon est stable, à 22 %. Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, gagne un point, à 11 %. L’écologiste Sandrine Rousseau recule à 9 % (-1 point).

Dans le palmarès du rejet, Éric Zemmour conserve la première place avec 63 % de rejet ou d’indifférence (-2 points). Jean-Luc Mélenchon passe à 54 % (+ 1 point). Marine Le Pen recule de deux points (45 %).

L’une des évolutions les plus notables en octobre concerne l’ancien Premier ministre Edouard Philippe. L’ex-chef du gouvernement, qui a plaidé pour un relèvement de l’âge de départ à la retraite à 65 voire 67 ans, reste stable globalement, mais chute de 6 points de popularité parmi les sympathisants de gauche et d’extrême gauche, et tombe à 29 %. En revanche, il progresse de 4 points chez les sympathisants de droite et d’extrême droite, pour atteindre 39 % de bonnes opinions.

Méthodologie : L’enquête a été réalisée auprès dun échantillon de 1 005 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogé par Internet les 19 et 20 octobre 2022. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, niveau de diplôme et profession de linterviewé après stratification par région et catégorie dagglomération. Chaque sondage présente une incertitude statistique que lon appelle marge derreur. Cette marge derreur signifie que le résultat dun sondage se situe, avec un niveau de confiance de 95 %.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le