Infographie : les raisons de la colère des fonctionnaires

Infographie : les raisons de la colère des fonctionnaires

Ce jeudi, la fonction publique est appelée par sept syndicats à cesser le travail pour la deuxième fois depuis l’élection d’Emmanuel Macron. De multiples revendications la poussent à battre le pavé ce jeudi.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La première journée de mobilisation des fonctionnaires avait eu lieu le 10 octobre 2017. Ce jour-là, entre 209.000 manifestants (selon la police) et près de 400.000 (selon la CGT) avaient rejoint les différents cortèges en France. Dans la capitale, ils étaient 26.000 à 45.000.

Cinq mois plus tard, les principales revendications n’ont pas changé, et sont partagées par une intersyndicale de sept organisations (la CGT, FO, FSU, la CFTC, Solidaires, la FA-FP et la CFE-CGC).

Les fonctionnaires réclament notamment des mesures pour soutenir leur pouvoir d’achat, mis à mal par plusieurs années de gel du point d’indice. Face aux salariés du privé qui bénéficient d’allégement de cotisations salariales supérieures au niveau de la hausse de la CSG, les agents du public s’estiment désavantagés par une simple compensation de ce prélèvement. Le rétablissement du jour de carence ne passe pas non plus.

Forte inquiétude face au plan du gouvernement

Les fonctionnaires descendent également dans la rue pour « la défense de la fonction publique, du statut général des fonctionnaires, des emplois publics ». Ils s’opposent ainsi à l’objectif de réduction de 120.000 postes dans la fonction publique sur le quinquennat (promesse présidentielle).

Les syndicats de la fonction publique redoutent les orientations du programme « Action publique 2022 ». Les rémunérations au mérite, plutôt que les déroulements de carrières habituels, et la crainte d’un recours plus massif aux contractuels, c'est-à-dire sans statut, nourrissent leur colère (relire notre article).

Si le secrétaire d'État Olivier Dussopt, a réaffirmé sa volonté d'être « à l'écoute » des syndicats pour préserver un service public « de qualité », les représentants des fonctionnaires ont à plusieurs reprises déploré le manque d’information et de concertation. Selon l’intersyndicale, « le gouvernement qui ne respecte pas les obligations légales de négocier dans le cadre du préavis de grève ».

Grogne dans l’éducation et l’hôpital

Ces revendications générales s’accompagnent également de demandes plus spécifiques selon les professions. Dans l’Éducation nationale, les enseignants du primaire défilent pour leurs conditions de travail, exigeant des classes qui ne dépassent pas 25 élèves (et 20 dans les réseaux prioritaires). Le plus important syndicat des enseignants du premier degré, le Snuipp-FSU, exige dans le même temps une meilleure considération de la profession et une « reconnaissance des qualifications des agents ». « Après 15 ans d’exercice, les enseignants du primaire en France sont payés 22% de moins en moyenne que leurs homologues exerçant dans les autres pays de l’OCDE », dénonce le syndicat.

Les personnels de santé se mobilisent aussi de leur côté, contre les plans successifs d’économies imposés à l’hôpital, qui se chiffrent en milliards d’euros. Plusieurs services d’urgence ont ainsi multiplié les grèves ces derniers jours pour dénoncer le manque de moyens et la dégradation des conditions d’accueil des patients.

Les salariés des maisons de retraite et des Ehpad lèvent le pied pour protester contre le même manque de moyens humains, qui pénalisent leur mission au quotidien.

D’autres secteurs des services publics se joignent au mouvement : les cheminots bien sûr, vent debout contre la réforme ferroviaire et les menaces qui pèsent sur les recrutements au statut. Des perturbations sont à prévoir dans l’aviation civile ou encore dans les crèches.

Dans la même thématique

Centrale Nucleaire de Nogent sur Seine, France
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l'écologie ? 

Derrière le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration ou encore l’international, l’écologie se retrouve reléguée parmi les sujets les moins mis en avant par les différents candidats aux législatives, ce qui n’empêche pas des divergences très profondes entre les trois principales coalitions en campagne 

Le

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le