Institutions : « Il n’y a pas trop de parlementaires en France » estime Jean-Pierre Sueur

Institutions : « Il n’y a pas trop de parlementaires en France » estime Jean-Pierre Sueur

Alors que plusieurs élus LREM commencent à douter des bienfaits d’une des promesses d’Emmanuel Macron : la réduction du nombre de parlementaires. Pour Jean-Pierre Sueur, la mesure envisagée est « démagogique ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Qualifiée de « connerie populiste » par une députée de la majorité citée dans le quotidien Libération, la promesse de campagne d’Emmanuel Macron de réduire d’un tiers le nombre de parlementaires, aurait-elle du plomb dans l’aile ? 

Au micro de Public Sénat, le vice-président socialiste de commission des lois, Jean-Pierre Sueur estime pour sa part qu’il « n’y a pas trop de parlementaires en France ». « Nous sommes finalement un petit nombre par département. Le département où je suis (Loiret), il y a 700 000 habitants et nous sommes trois sénateurs, soit un pour un peu plus de 200 000 habitants. Je n’ai jamais compris pourquoi il fallait réduire le nombre de parlementaires en France. Nous en avons moins qu’en Allemagne. On en a le même nombre que dans les autres pays d’Europe ».

Jean-Pierre Sueur en conclut que la promesse d’Emmanuel Macron « est peut-être un petit peu démagogique. Dire que (les parlementaires) coûtent de l’argent.... Ce n’est pas le Parlement qui crée de graves problèmes financiers dans ce pays » justifie-t-il avant d’ajouter qu’avec un tiers des parlementaires en moins, « presque la moitié des départements n’aura qu’un sénateur ». Pas vraiment de bon augure, selon lui, si l’on veut des élus plus proches du terrain.

Dans la même thématique

Institutions : « Il n’y a pas trop de parlementaires en France » estime Jean-Pierre Sueur
4min

Politique

« C’est à gerber ! » : les propos d’Emmanuel Macron sur les personnes transgenres ne passent pas auprès de Mélanie Vogel

Au micro de Public Sénat, la sénatrice écologiste des Français de l’étranger s’est ulcérée des récents propos polémiques du chef de l’Etat à l’encontre du Nouveau Front Populaire (NFP), dont il a accusé de défendre une politique « immigrationniste » et de tenir des propos « complètement ubuesques » sur le changement d’état civil en mairie pour les personnes transsexuelles.

Le

Demonstration against the far right, Paris, France – 15 June 2024
8min

Politique

Programme du « Nouveau Front populaire » : l’épineuse question du chiffrage

Abrogation de la réforme des retraites, hausse des salaires, progressivité de la CSG… le coût supposé du programme présenté par le « Nouveau Front populaire » est pointé du doigt par les autres formations politiques, notamment les soutiens d’Emmanuel Macron. Les représentants des partis de gauche se sont réunis ce mercredi pour s’accorder sur un chiffrage commun.

Le