Interdiction de la cigarette dans le cinéma français : Agnès Buzyn dément

Interdiction de la cigarette dans le cinéma français : Agnès Buzyn dément

Après plusieurs jours de polémique, Agnès Buzyn fait machine arrière. Sur Twitter, elle assure n’avoir « jamais envisagé ni évoqué l’interdiction de la cigarette dans le cinéma ». Pourtant, comme l’avait repéré publicsenat.fr la semaine dernière, la ministre évoquait « une action ferme » et « des mesures en ce sens ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Je n'ai jamais envisagé ni évoqué l'interdiction  de la cigarette au cinéma ni dans aucune autre œuvre artistique. La liberté de création doit être garantie ».

Sur Twitter, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, tente d’éteindre la polémique démarrée jeudi dernier. Lors de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, la sénatrice PS de la Sarthe, Nadine Grelet-Certenais l’interpelle.

« La Ligue contre le cancer démontre dans une étude que 70 % des nouveaux films français mettent à l’image au moins une fois une personne en train de fumer. Ça participe peu ou prou à banaliser l’usage, si ce n’est à le promouvoir, auprès des enfants et des adolescents, qui sont les premiers consommateurs de séries et de films, sur internet notamment. Des solutions doivent être envisagées pour mener une véritable politique de prévention prenant en compte cette sorte de publicité détournée pour la consommation de tabac ». 

« Je rejoins totalement ce qu’a dit Madame la sénatrice sur le cinéma français » avait abondé Agnès Buzyn. « Je veux qu’on ait une action ferme là-dessus. Je ne comprends pas l’importance de la cigarette dans le cinéma français ».  « J’en ai parlé au conseil des ministres ce matin à Françoise Nyssen (ministre de la Culture, ndlr) pour l’alerter. Il y aura des mesures en ce sens » avait-elle annoncé (voir la vidéo).

La sénatrice PS Nadine Grelet-Certenais et la ministre de la Santé Agnès Buzyn sur le rôle du cinéma dans la valorisation du tabac
01:56

Un passage repéré par publicsenat.fr et repris par de nombreux médias depuis. « Donc il y aurait des films où on pourrait se tuer, se droguer, se saouler, rouler à 200km/h, mais surtout pas la clope au bec... » avait même ironisé le vice-président socialiste du Sénat, David Assouline.

Dans un deuxième tweet, la ministre de la Santé, se limite désormais à ouvrir le débat. « En France, environ 70% des films font apparaître la consommation de tabac. Peut-être pouvons-nous nous demander : la liberté de création ne réside-t-elle pas également dans l'indépendance des réalisateurs vis-à-vis des incitations à montrer la cigarette à l'écran ? »

 

Dans la même thématique

Interdiction de la cigarette dans le cinéma français : Agnès Buzyn dément
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le