Interview d’Emmanuel Macron : les réactions politiques sur Twitter

Interview d’Emmanuel Macron : les réactions politiques sur Twitter

La première interview télévisée d’Emmanuel Macron en tant que chef de l’Etat a suscité son lot habituel de réactions sur Twitter. La députée PS Valérie Rabault dénonce un « chèque en blanc » sur l’ISF. Le sénateur LR Bruno Retailleau y a vu « un exercice d’autosatisfaction ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La première interview télévisée d’Emmanuel Macron en tant que chef de l’Etat a suscité son lot habituel de réactions sur Twitter.

Pour le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, le Président « montre tout ce qui a déjà été fait pour protéger les Français, débloquer notre économie et notre société, refonder notre vie politique et redonner à la France sa place dans le monde ».


 « Sans complaisance, un Président déterminé à construire une société où chacun trouve sa place, dans une France en mouvement » a aussi salué le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb.


La député PS Valérie Rabault, ancienne rapporteure du budget à l’Assemblée, dénonce elle le « chèque en blanc » sur l’ISF.


C’est une nouvelle expression employée par Emmanuel Macron qui a retenu l’attention du sénateur PS, David Assouline : « Et donc le Président peut dire tranquillement que les riches sont les premiers de cordée, comme si la richesse était synonyme de compétence et de mérite ».


Bruno Retailleau, président du groupe LR du Sénat, a vu dans l’intervention du chef de l’Etat « un exercice d’auto satisfaction bien loin des préoccupations quotidiennes des Français ».


Florian Philippot, ancien numéro 2 du FN et président des Patriotes, est resté aussi sur sa faim. « Il serait bien qu’à 20h50 Macron explique comme gouverner la France sans maîtriser sa loi, sa monnaie, ses frontières, son budget » a-t-il réagi.


Pour Eric Coquerel, député de la France insoumise et premier porte-parole du Parti de gauche, « Le pot aux roses est découvert : l'indemnité chômage des démissionnaires est une façon de faciliter encore les licenciements ».

La présidente du groupe communiste du Sénat, la sénatrice de Seine-Saint-Denis, Eliane Assassi, a réagi sur la question du harcèlement de rue : « Alors comme ça le harcèlement c'est dans les quartiers populaires ...Suis je bête ! Hollywood, c'est un quartier populaire ! »

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Interview d’Emmanuel Macron : les réactions politiques sur Twitter
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le