Iran : « La France doit adopter une diplomatie plus ferme » estime Roger Karoutchi

Iran : « La France doit adopter une diplomatie plus ferme » estime Roger Karoutchi

L’escalade entre l’Iran et Israël de ces derniers jours inquiète la  communauté internationale. Interrogé sur le sujet, Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine, estime que «  le péril central, c’est le péril iranien ».  
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Israël a mené des raids contre des cibles iraniennes en Syrie dans la nuit de mercredi à jeudi, en représailles à des tirs de roquettes de l’Iran, dans le nord de l’État Hébreu. C’est la première fois qu’Israël et l’Iran s’affrontent directement sur le plan militaire. Comment faire pour éviter cette escalade qui semble grandir de jour en jour ? Selon Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine, il faut « faire en sorte que le péril iranien cesse ».

Le sénateur considère que l’Iran est dans une volonté expansionniste : « L’Iran, non seulement est en Syrie, non seulement est au Liban, non seulement soutient les rebelles Yéménites, mais va jusqu’au Maroc ». Roger Karoutchi, qui est le vice-président du groupe d’amitié France Israël au Sénat, rétorque : « À ma connaissance, Israël n’arme pas de mouvements révolutionnaires dans l’ensemble de l’Europe et dans l’ensemble du monde (…) Pour moi, le péril central, c’est le péril iranien ».

Sommes-nous capables de le maîtriser ? « Il faut que ceux qui sont capables de parler à l’Iran, la Russie, l’Europe, si tant est qu’elle ait une voix, fassent en sorte que les choses se règlent ».

Emmanuel Macron a estimé qu’il fallait un nouvel accord nucléaire iranien: « En réalité, c’est vrai, dans les négociations de 2015, on n’a pas prévu de programme balistique, on n’a pas envisagé l’hégémonisme iranien sur le Proche-Orient ». Cependant, pour l’élu, la visite présidentielle aux États-Unis est teintée d’échec : « Au bout du bout, on n’a pas de nouvel accord, il [Emmanuel Macron] n’a pas réussi à influencer Trump jusqu’au bout ».

 « Je pense surtout qu’il faut que la diplomatie Française soit un peu plus ferme, parce que peut-être que Macron croit trop qu’on peut avoir une voix européenne, et dans la réalité, la diplomatie européenne n’existe pas » conclut-il.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le