Irma: Ciotti dénonce “une défaillance de l’Etat”

Irma: Ciotti dénonce “une défaillance de l’Etat”

Le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a dénoncé dimanche "une défaillance de l'Etat" dans la gestion du passage de l...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a dénoncé dimanche "une défaillance de l'Etat" dans la gestion du passage de l'ouragan Irma à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, réclamant une commission d'enquête parlementaire.

"Très clairement, je crois qu'il y a une défaillance de l'Etat à Saint-Martin et Saint-Barthélemy", a dit Eric Ciotti au "Grand Jury" LCI/RTL/Le Figaro, pointant notamment un "défaut d'anticipation".

"On aurait dû mieux prépositionner des forces, des unités de sécurité civile pour protéger les populations, des militaires (...)", a-t-il ajouté, se disant "extrêmement choqué par les images de pillage".

"Il n'y a pas suffisamment de moyens de protection", a-t-il affirmé, quand bien même la situation était "inédite".

"Il faudra tirer toutes les conséquences de ce qui s'est passé", a-t-il déclaré, se prononçant pour qu'"une commission d'enquête parlementaire, notamment" puisse établir "si tout a été fait".

"Instrumentaliser la souffrance, un attentat ou une catastrophe naturelle... est constant. J'ai confiance dans nos forces de sécurité", a immédiatement réagi le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner sur son compte Twitter.

Eric Ciotti a rétorqué à l'antenne qu'il n'a "pas, bien entendu, mis en cause nos forces de sécurité", mais posé la question de la capacité de l'Etat à anticiper.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le