Irma: le gouvernement acceptera “volontiers” une commission d’enquête parlementaire

Irma: le gouvernement acceptera “volontiers” une commission d’enquête parlementaire

Le gouvernement acceptera "volontiers" une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'ouragan Irma, a indiqué lundi...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le gouvernement acceptera "volontiers" une commission d'enquête parlementaire sur la gestion de l'ouragan Irma, a indiqué lundi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, alors que la ministre des Outre-mer Annick Girardin mettait elle en garde contre les critiques "déplacées".

"Nous, nous sommes pour l'évaluation, et donc nous acceptons volontiers une commission parlementaire", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sur France 2, après les critiques de tous bords politiques sur la gestion de l'ouragan.

Dimanche, le chef de file des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a proposé une commission d'enquête parlementaire "pour savoir si l'on a prépositionné des forces militaires et civiles en nombre suffisant". Le député LR Eric Ciotti a fait une proposition similaire, reprochant un "défaut d'anticipation" et "une défaillance de l'Etat".

"Ils verront combien les équipes étaient mobilisées", a répondu M. Collomb, se disant confiant que "dès le départ", le gouvernement avait pris "les bonnes décisions".

"Aujourd'hui on pense que le temps est à la construction. Toutes celles et tous ceux qui veulent aider, si (...) M. Mélenchon, M. Ciotti, veulent lancer un grand appel à la reconstruction de l'île, qu'ils veulent aider les élus de l'île, nous sommes tout à fait d'accord", a-t-il aussi dit.

Interrogée sur France Inter depuis Pointe-à-Pitre, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a pour sa part affirmé qu'elle répondrait aux questions si une commission parlementaire était "souhaitée".

"En tant que ministre, je suis là pour répondre à leurs questions, je le ferai, mais j'espère qu'il n'y aura pas des polémiques qui ne serviront à rien", a-t-elle dit.

"L'Etat doit rendre des comptes, quand il y a des questions c'est le rôle des parlementaires de les poser (...) je respecte leur position, mais il y a certaines critiques qui aujourd'hui sont un peu déplacées", a-t-elle estimé.

"Il vaudrait mieux éviter de polémiquer immédiatement sur ces catastrophes", a appelé sur Radio classique le président de l'Assemblée François de Rugy.

"Après, qu'il y ait une commission d'enquête parlementaire je trouverais ça tout à fait normal. Chaque groupe peut créer au moins une commission d'enquête parlementaire par an donc il n'y a aucun problème", a-t-il expliqué, demandant cependant à ce que soient abordées la question des "causes" de la catastrophe naturelle, des "alertes (...) bien données", selon lui, et "l'anticipation pour tout ce qui touche aux secours et à la protection des personnes".

M. Rugy a ajouté qu'il se rendrait sur place "sans doute la semaine prochaine", "avec une délégation de l'Assemblée nationale".

Attendu mardi sur les territoires sinistrés, Emmanuel Macron, "s'expliquer(a)" face à la colère des habitants, selon Gérard Collomb.

"Évidemment quand vous avez des gens qui ont tout perdu, vous ne pouvez pas vous attendre (à ce) qu'ils vous accueillent avec un grand sourire", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le