Jacques Chirac : de l’homme politique à l’icône pop

Jacques Chirac : de l’homme politique à l’icône pop

L’ancien chef d’État, Jacques Chirac est décédé ce jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. Député de Corrèze, Premier ministre, ministre, maire de Paris, président du RPR, Président de la République… Retour en images sur le parcours politique, d’un homme qui, bien malgré lui, est devenu une icône pop sur la fin de sa vie. 
Public Sénat

Temps de lecture :

9 min

Publié le

Mis à jour le

« Un chef c’est là pour cheffer ». « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». « Dans la vie, il y a des hauts et des bas. Il faut surmonter les hauts et repriser les bas ». « J’apprécie plus le pain, le pâté, le saucisson, que les limitations de vitesse. » Avec sa carrière politique d’une longévité exceptionnelle, Jacques Chirac aura laissé des citations tantôt profondes tantôt anecdotiques. Sa passion pour le Sumo, la bière, la bonne chair ou encore l’art africain auront fait de lui l’une des personnalités les plus appréciées des Français. Depuis quelques années, des photos de Jacques Chirac, bière à la main ou cigarette aux lèvres, se vendent sur des T-shirts, faisant de l’ancien chef d’État une icône de la pop culture. Ce jeudi 26 septembre 2019 Jacques Chirac est décédé à l’âge de 86 ans. Retour sur le parcours politique d’un homme qui aura occupé les plus hautes fonctions de l’État.

Le « Bulldozer » Chirac

Né le 29 novembre 1932 à Paris de parents corréziens, Jacques Chirac fait de brillantes études (Sciences Po, l’ENA) se porte volontaire en Algérie de 1956 à 1957, et s’engage tôt en politique. Chargé de mission au cabinet du Premier ministre, Georges Pompidou au début des années soixante. Surnommé le « Bulldozer » par le Premier ministre, il commence son implantation locale en Corrèze, conseiller municipal de Sainte-Féréole en 1965, il est élu député du département en 1967.

Après avoir occupé un poste de secrétaire d’État à l’emploi grâce auquel il occupera un rôle dans les accords de Grenelle qui mettent fin à la grève générale de mai 1968, Jacques Chirac est nommé secrétaire d’État à l’Économie et aux Finances sous la présidence du général de Gaulle. Puis, il est successivement nommé ministre des relations au Parlement, ministre de l’Agriculture et ministre de l’Intérieur sous la présidence de Georges Pompidou, son mentor. Interrogé sur la distinction entre le gaullisme et le pompidolisme, Jacques Chirac répondra « qu’il n’y a pas de différence fondamentale mais une certaine continuité ».


La rivalité avec VGE

À l’élection présidentielle de 1974, Jacques Chirac se rallie à Valéry Giscard d’Estaing contre Jacques Chaban-Delmas. Il devient Premier ministre et on retiendra de ses premières années à Matignon des réformes sociétales comme la majorité à 18 ans, la loi sur l’avortement ou encore la réforme de l’ORTF. Après le choc pétrolier de 1973, les relations se tendent entre les deux hommes à l’image de cette poignée de main manquée en Conseil des ministres.

Il démissionne en 1976. « Je ne dispose pas des moyens que j'estime aujourd'hui nécessaires pour assumer efficacement mes fonctions de Premier Ministre » justifie-t-il.

« Giscard, ne pense qu'à plumer l'UDR (Union des démocrates pour la République). Je trouve que c'est inutile, mais enfin c'est ce qu'il veut. L'UDR, je la lui ai pourtant amenée sur un plateau. Mais il n'a pas su s'en débrouiller. Pour finir, il voulait que je lui tienne le cou pendant qu'il la plumait. Je n'ai pas marché. » rapporte-il à l’Express, cette année-là.

« Les Parisiens sont, pour la plupart d’entre eux, des provinciaux »

Dans la foulée de son départ, il fonde le RPR (Rassemblement pour la République). Il est élu maire de Paris en 1977. Pour la première fois, le maire de Paris est élu au suffrage universel. « J’ai été député de la troisième circonscription de Corrèze. Et je n’ai pas observé que l’on en m'ait fait reproche, à Paris, ou que mes électeurs ont en été déçus en Corrèze. Les Parisiens sont, pour la plupart d’entre eux, des provinciaux, profondément attachés à leurs racines » expliquera-t-il durant la campagne. Il sera réélu trois fois. Sur les conseils de sa fille Claude, il recevra la chanteuse, Madonna, à l’Hôtel de ville en 1987.

Deuxième cohabitation

Après son premier échec à l’élection présidentielle de 1981, le RPR obtient la majorité absolue aux législatives de 1986, Jacques Chirac fait son retour à Matignon pour la première cohabitation de la Ve République. Une période où Jacques Chirac se rapproche de l’UDF, avec qui il signe des accords de gouvernement, et opère un tournant libéral avec de nombreuses privatisations.

Les relations avec le président de la République, François Mitterrand, ne sont pas au beau fixe là encore. Jacques Chirac souhaite accompagner le chef d’État au G7 de Tokyo, alors que la défense et les affaires étrangères font partie du domaine réservé du président de la République. « Il n’y a qu’une voix de la France » sera obligé de préciser François Mitterrand.

Une année également marquée par la mort de Malik Oussekine, frappé par « les voltigeurs » lors d’une manifestation étudiante, contre le projet de loi du ministre de l’éducation, Alain Devaquet. Un événement tragique qui coupera Jacques Chirac de la jeunesse et le poussera à stopper la réforme 3 jours plus tard.

Deux ans plus tard, Jacques Chirac échoue pour la seconde fois à l’élection présidentielle. Par la suite, le RPR remporte les élections législatives de 1993. Échaudé par sa dernière expérience et souhaitant se préserver pour la présidentielle de 1995, Jacques Chirac, laisse Matignon à Édouard Balladur.

L’époque est à la division à droite, Édouard Balladur décide finalement de se présenter à la présidentielle. Donné à 14% dans les sondages à la fin de l’année 94, Jacques Chirac fait campagne sur la fracture sociale et devient à, cette époque, l’égérie de l’émission de canal +, les Guignols de l’info.

Jacques Chirac enfin Président

Il bat le candidat socialiste, Lionel Jospin, au second tour et devient le cinquième président de la Ve République. Son début de mandat est marqué par une ultime reprise des essais nucléaires dans le Pacifique, la fin du service militaire obligatoire, et une réforme des retraites menée par le Premier ministre Alain Juppé qui entraînera des grèves massives et finalement un recul du gouvernement. On retiendra également son discours à l’occasion du 53ème anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver. Il y reconnaîtra « la faute collective » de la France.

En 1996, sa visite dans le quartier musulman d’Israël fera le tour du monde avec son fameux « What do you want ? ».

En 2002, au sommet de la Terre de Johannesburg, il prononcera cette phrase célèbre : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ».

La dissolution de 1997

Afin de réduire les déficits et passer sous la barre des 3%, comme l'exige le traité de Maastricht, Jacques Chirac a bien conscience que se profile le tournant de la rigueur. Sa majorité à l’Assemblée nationale s’essouffle et l’exécutif veut anticiper les élections de 1998 (législatives, régionales et cantonales). Sur les conseils de son conseiller, Dominique de Villepin, il dissout l’Assemblée nationale et entraîne, malgré lui, la victoire de gauche plurielle et la troisième cohabitation durant laquelle la réduction du mandat présidentiel de sept à cinq ans sera adoptée par référendum.

Le quinquennat

En 2002, Jacques Chirac est réélu avec 85,21% des voix face au candidat d’extrême droite, Jean-Marie Le Pen. Son nouveau premier ministre, Jean-Pierre Raffarin met en œuvre certaines promesses de campagne comme la baisse des impôts sur le revenu. C’est également le retour de Nicolas Sarkozy au gouvernement. Le nouveau ministre de l’Intérieur est sur tous les fronts et fait part très rapidement de ses ambitions présidentielles. « Je décide et il exécute » rappellera en 2004, Jacques Chirac lors de l’interview du 14 juillet.

Son quinquennat sera marqué par plusieurs évènements au plan international. Il soutiendra l’intervention des États-Unis en Afghanistan après le 11 septembre mais mettra « son veto » à la guerre en Irak en 2003. « L'Irak ne représente pas aujourd'hui une menace immédiate telle qu'elle justifie une guerre immédiate. La France en appelle à la responsabilité de chacun pour que la légalité internationale soit respectée (...). S'affranchir de la légitimité des Nations Unies, privilégier la force sur le droit, ce serait prendre une lourde responsabilité ».

Affaibli par un accident vasculaire cérébral, sa fin de mandat sera moins flamboyante. La contestation étudiante contre le CPE, (Contrat premier embauche) poussera son Premier ministre, Dominique de Villepin à reculer. Lors de ses vœux pour l’année 2007, il annonce qu’il ne se représentera pas.

T-shirts

Le 30 octobre 2009, Jacques Chirac est renvoyé devant le tribunal correctionnel dans l'affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il sera condamné, en 2011, a deux ans d’emprisonnement avec sursis pour « détournement de fonds publics », « abus de confiance », « prise illégale d'intérêts » et « délit d'ingérence ». La première fois qu’un président de la République sera condamné par la justice.

Jacques Chirac passera la fin de sa vie à s’occuper de sa fondation. Sa dernière apparition publique remonte à 2014. En 2016, selon un sondage 86% des Français disent garder un bon souvenir de ses mandats. Citations, photos, vêtements, Chirac a, contre toute attente, fini par devenir cool.

Des sites, comme « Fuck yeah Jacques Chirac », proposent à la vente des T-shirts arborant les plus belles photos de l’ancien Président. Chirac-machine.com compile les sons de ses meilleurs « punchlines ». Plutôt que ses réformes, les Français préfèrent retenir une certaine incarnation du vintage et de la France. Plutôt que ses déclarations sur « le bruit et l’odeur » du quartier de la goutte d’Or à Paris, les Français préfèrent se souvenir de ses poignées de main chaleureuses, des heures durant, au salon de l’Agriculture.

 

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Jacques Chirac : de l’homme politique à l’icône pop
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le