Jadot (EELV) ironise sur l’emploi de Pénélope Fillon

Jadot (EELV) ironise sur l’emploi de Pénélope Fillon

Yannick Jadot, candidat Europe Écologie - Les Verts à la présidentielle, ironise sur l'emploi de Pénélope Fillon comme attachée...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Yannick Jadot, candidat Europe Écologie - Les Verts à la présidentielle, ironise sur l'emploi de Pénélope Fillon comme attachée parlementaire de son mari.

"Est-ce que vous imaginez Mme de Gaulle accepter un contrat d'emploi fictif financé par l'ensemble des contribuables ?" a-t-il déclaré mercredi sur Radio Classique.

"Ce candidat qui n'arrête pas de dire +il faut supprimer 500.000 emplois dans la fonction publique, les fonctionnaires sont des fainéants+, qui raconte que les pauvres, les chômeurs sont des assistés, la réalité de sa pratique, c'est qu'il n'a pas seulement été un député fictif - 12% de présence de François Fillon à l’Assemblée nationale - c'est qu'il a aussi engagé sa femme dans le cadre d'un emploi fictif " conclut Yannick Jadot.

Dans la même thématique

Jadot (EELV) ironise sur l’emploi de Pénélope Fillon
4min

Politique

« C’est à gerber ! » : les propos d’Emmanuel Macron sur les personnes transgenres ne passent pas auprès de Mélanie Vogel

Au micro de Public Sénat, la sénatrice écologiste des Français de l’étranger s’est ulcérée des récents propos polémiques du chef de l’Etat à l’encontre du Nouveau Front Populaire (NFP), dont il a accusé de défendre une politique « immigrationniste » et de tenir des propos « complètement ubuesques » sur le changement d’état civil en mairie pour les personnes transsexuelles.

Le

Demonstration against the far right, Paris, France – 15 June 2024
8min

Politique

Programme du « Nouveau Front populaire » : l’épineuse question du chiffrage

Abrogation de la réforme des retraites, hausse des salaires, progressivité de la CSG… le coût supposé du programme présenté par le « Nouveau Front populaire » est pointé du doigt par les autres formations politiques, notamment les soutiens d’Emmanuel Macron. Les représentants des partis de gauche se sont réunis ce mercredi pour s’accorder sur un chiffrage commun.

Le