« Je suis un combattant », lance Benoît Hamon

« Je suis un combattant », lance Benoît Hamon

Invité de Territoires d’Infos, le candidat socialiste a critiqué l’attitude de certains socialistes dans sa campagne et s'est attaqué au projet européen de Jean-Luc Mélenchon.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Après François Fillon le « rebelle », et Emmanuel Macron le « guerrier », voici Benoît Hamon le « combattant ». Distancé dans les sondages, et victime de « trahisons » dans son propre parti, le candidat socialiste a affirmé ce matin dans Territoires d’Infos, sa volonté de continuer. « Dans cette campagne, je le redis, Moi je suis dans un combattant », déclare l’invité de Public Sénat et Sud Radio.

« J’ai connu dans ma famille politique ce qu’on appelle des trahisons, mais ce n’est pas moi que l’on trahit, c’est le peuple de gauche qui a été trahi », critique Benoît Hamon. Par qui ? « Par ceux qui n’ont pas respecté leur parole, tous ceux s’étaient engagés à respecter le verdict [de la primaire] », évoquant sans le nommer son ancien adversaire Manuel Valls, et insistant sur sa légitimité :

« On ne m’a pas donné vie dans un appareil ou dans une antichambre enfumée du parti socialiste, c’est le peuple de gauche qui m’a donné vie, c’est lui qui me donne de la force, et personne ne prendra cette vie. »

Interrogé sur le rôle central que Bernard Cazeneuve pourrait mener dans la bataille des législatives, Benoît Hamon a dénoncé des « débats entretenus par ceux qui depuis le début font le pari de la défaite ».

Europe : le « grand saut dans l’inconnu » de Mélenchon

Au moment où l’écart avec Jean-Luc Mélenchon se creuse dans les intentions de vote, Benoît Hamon a mis en avant le « désaccord politique profond » qui existe entre eux sur la question européenne.

« Moi, mon désaccord avec Jean-Luc Mélenchon, il est là. Lui, je pense qu’il prépare une chronologie qui pourrait nous amener à sortir de l’Europe. Et là, c’est le grand vertige que se passe-t-il ? », a demandé le candidat socialiste. « Il faut qu’il clarifie cette question-là. »

Benoît Hamon : « J'ai un désaccord politique sur l’Europe » avec Jean-Luc Mélenchon
02:12

Benoît Hamon a par ailleurs répondu à Alexis Corbière, qui l'enjoignait hier à « ne pas être un obstacle à la volonté populaire qui monte ». Un appel non dissimulé à se retirer au profit du candidat de la France insoumise. « Il contredit son chef, son chef a dit le contraire, il faut qu’Alexis prenne ses instructions correctement », a répliqué le socialiste au porte-parole de Jean-Luc Mélenchon.

Dans la même thématique

« Je suis un combattant », lance Benoît Hamon
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le