Jean-François Rapin fustige l’absence d’élus du littoral au sein de l’Agence nationale de la cohésion des territoires

Jean-François Rapin fustige l’absence d’élus du littoral au sein de l’Agence nationale de la cohésion des territoires

Le gouvernement a récemment précisé la composition du conseil d’administration de l’Agence nationale de la cohésion des territoires sans prévoir spécifiquement la présence de représentants du littoral. Une aberration selon le sénateur Jean-François Rapin, également président de l’Association nationale des élus du Littoral.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le sénateur Jean-François Rapin tape du poing sur la table. Le décret précisant la composition du conseil d’administration de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), née des suites d’une proposition de loi du Sénat adoptée en juillet, est paru fin novembre, et laisse un goût amer à l’élu du Pas-de-Calais.

Dans une tribune publiée ce samedi dans le Courrier Picard, Jean-François Rapin, également président de l’Association nationale des élus du Littoral (ANEL), reproche au gouvernement de n’avoir pas spécifiquement prévu la présence de représentant du littoral au sein de l’instance chargée d'accompagner les collectivités territoriales et leurs groupements dans la définition de leurs projets territoriaux. Il a reçu le soutien de plus de 140 élus, tous groupes parlementaires confondus, exception faite de La République en marche. Si le sénateur souligne une intention “louable” du gouvernement avec la création de cette agence, il déplore également que “6 millions d’habitants vivant dans les territoires littoraux de la France hexagonale et des Outre-mer” soient laissés de côté de par la composition du conseil d’administration.

“Je pense qu’il y a eu une faute”, déclare le sénateur à publicsenat.fr, rappelant que le texte de loi était prévu pour “assurer la diversité des territoires”. Le décret prévoit, par exemple, la nomination à l’ANCT d’un représentant après consultation de l'association nationale des élus de la montagne. “Si le littoral n’est pas reconnu comme un territoire national au titre de ce qu’il est, de tout ce qu’il apporte, des enjeux qu’il porte, des difficultés qu’il comprend quelques fois, c’est dommage”, poursuit le sénateur. 

Dans sa tribune, Jean-François Rapin rappelle les enjeux spécifiques aux territoires littoraux, notamment l’importance de l’océan dans la régulation du climat, de la biodiversité marine, “élément essentiel de notre survie sur la planète”, le développement d’un tourisme durable, ou encore la question des migrants qui arrivent sur le territoire ou le quittent par la mer. Autant de sujets qui relèvent, insiste-t-il, de la “cohésion nationale” et nécessitent d’être pensés dans le cadre de l’ANCT. 

“Pour moi, c’est clair, il faut réécrire le décret”, explique Jean-François Rapin à publicsenat.fr pour, comme il l’écrit dans sa tribune, “redonner au littoral, ainsi qu’à tous ses acteurs, la juste place qu’ils doivent justement avoir”.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « « il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Jean-François Rapin fustige l’absence d’élus du littoral au sein de l’Agence nationale de la cohésion des territoires
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le

Paris: Designation Bureau Assemblee Nationale
8min

Politique

Avec 11 groupes politiques, l’Assemblée nationale plus émiettée que jamais

Les députés élus ou réélus ont choisi le groupe politique auquel ils se rattachent. Avec onze groupes parlementaires déclarés, cette XVIIème législature établit un nouveau record de la Vème République. Symbole de la recomposition politique encore en cours après la dissolution. Revue d’effectifs par ordre décroissant.

Le