Jean-Luc Mélenchon : « La résistance la plus totale est légitime »

Jean-Luc Mélenchon : « La résistance la plus totale est légitime »

Le leader de la France insoumise, élu député, a annoncé que son groupe disposait d’un groupe à l’Assemblée et que ce dernier serait « offensif » face à une « majorité boursouflée » qui « n’a pas la légitimité pour permettre le coup d’État social qui était en prévision », selon lui.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Jean-Luc Mélenchon sort de cette séquence des législatives satisfait. À titre personnel d’abord, le candidat dans quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône va faire son entrée au Palais Bourbon. Sur Twitter, l’ancien candidat à la présidentielle a « remercié » Marseille de lui « avoir dit oui » :

Son mouvement, la France insoumise, disposera lui de son groupe parlementaire à l’Assemblée. « Le peuple français disposera à l’Assemblée nationale d’un groupe la France insoumise cohérent discipliné offensif », a-t-il déclaré devant ses partisans et sous les cris de « résistance ».

Selon les résultats définitifs, la France insoumise disposera dans la nouvelle mandature de 17 sièges, soit plus que le seuil requis pour constituer un groupe (15). Mieux encore pour Jean-Luc Mélenchon, avec les députés élus du Parti communiste, ce sont au total 27 députés qui siégeront à la gauche du Parti socialiste.

« Pas un mètre du terrain social ne lui sera cédé sans lutte »

Dans son discours offensif, Jean-Luc Mélenchon veut se poser en premier opposant de la majorité présidentielle :

« J’informe le nouveau pouvoir que pas un mètre du terrain social ne lui sera cédé sans lutte. Cette majorité boursouflée qui est constituée à l’Assemblée nationale n’a pas à nos yeux la légitimité – à supposer qu’une quelconque en ait jamais – n’a pas la légitimité pour perpétrer le coup d’État social qui était en prévision, la destruction de tout l’ordre public social. C’est au contraire la résistance la plus totale qui est légitime dans cette circonstance. »

Sur la question de la future loi antiterroriste, il demande au gouvernement d'organiser un référendum :

« Cette majorité n’a pas la légitimité pour transformer le régime des libertés publiques dans le sens restrictif qui était prévu par l’idée de faire passer dans la loi ordinaire les dispositions pour le coup vraiment extraordinaires de l’état d’urgence. Non, elle n’en a pas la légitimité. C’est au contraire la résistance la plus totale qui est légitime dans cette circonstance. Et c’est la raison pour laquelle je dis que le nouveau pouvoir, s’il juge que c’est vraiment la nécessite pour le pays et que cela est conforme à son intérêt alors il faut qu’il procède par la voie la plus démocratique qui est en pouvoir : c’est-à-dire que le peuple soit consulté par référendum. »

« Notre peuple est entré dans une forme de grève civique »

Jean-Luc Mélenchon espère s’appuyer sur son mouvement dans les prochaines semaines pour s’opposer à la réforme du Code du travail et s’attend à le voir grandir.

 « J’appelle comme à l’Assemblée nationale, dans le pays, dans les villes et les campagnes à la formation partout d’un nouveau front politique, social et culturel », a-t-il déclaré.

Il espère également rallier les abstentionnistes :

« L’abstention écrasante qui s’est exprimée aujourd’hui a une signification politique : notre peuple est entré dans une forme de grève civique […] Je vois dans cette abstention une énergie disponible […] Elle peut se déployer et passer de l’abstention à l’offensive. »

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le