Jean-Pierre Raffarin : « Je ne suis pas hostile à l’idée de réintroduire le vote par correspondance en France »

Jean-Pierre Raffarin : « Je ne suis pas hostile à l’idée de réintroduire le vote par correspondance en France »

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, était l’invité de Bonjour Chez Vous ! ce 10 novembre. Il considère que la réintroduction du vote par correspondance, lors des élections, est envisageable, pour permettre le débat démocratique. Il affirme également que la gestion de la crise sanitaire par l’État est déterminante pour la prochaine élection présidentielle.
Public Sénat

Par Lina Boudjeroudi

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le vote par correspondance : « Je ne suis pas hostile à l'idée de réintroduire le vote par correspondance en France. La démocratie sans participation est dangereuse ».

Conflit au Haut-Karabakh : « Un cessez-le-feu est toujours une bonne nouvelle. La France doit être aux côtés de l'Arménie car, dans cette affaire, elle a beaucoup souffert dans sa chair et dans son indépendance. Il est important d'avoir une stratégie de proximité avec elle ».

Turquie : « Il n'y a pas d'avenir pour la France sans l'Allemagne. Il faut un débat en profondeur avec l'Allemagne. On ne peut pas être seul face à la Turquie. Il faut également avoir le soutien de la Russie sur la paix, dans cette région ».

OTAN : « La situation dans l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) est inacceptable pour la France. Il faut mettre en place une politique de cohérence au sein de l'OTAN avec la Turquie et adopter une stratégie commune. Nous ne pouvons pas continuer comme cela »

Élection américaine : « L'outrance fait 71 millions de voix. Trump fait une performance incroyable. Elle fait partie de la démocratie et les électeurs de Trump l'acceptent. Heureusement, elle peut être battue. Biden le modéré, le tempéré, l'a emporté »

Élection présidentielle française : « L'élection se fera sur la Covid et sur la capacité d'un État à y faire face. C'est le message apporté par les résultats de l'élection américaine ».

Séparatismes : « La loi sur les séparatismes est une bonne orientation. Le Président voit bien les choses aujourd'hui lorsqu'il reparle de la réforme de Schengen »

Crise sanitaire : « Le multilatéralisme a reculé pendant la crise sanitaire. Le vaccin est un moyen de repartir vers une coopération internationale. Il faut dépasser les nationalismes pour développer cette coopération. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) doit être renforcée ».

Décentralisation : « Le fait que l'État décide et fait payer aux autres, me révolte. Cela n'est pas de la décentralisation. La décentralisation, c'est des libertés en échange de responsabilités »

 

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jean-Pierre Raffarin ainsi que l'émission Bonjour Chez vous ! en replay

 

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le