Jean-René Lecerf : « Les départements, c’est l’assurance-vie de la République »

Jean-René Lecerf : « Les départements, c’est l’assurance-vie de la République »

Le président du département du Nord, Jean-René Lecerf, était l’invité de Politique 360, sur Public Sénat. Il espère que son cri d’alarme sur la situation financière désastreuse de certains départements sera entendu par l’État.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Bien que la situation financière de son département soit en voie de s’améliorer, Jean-René Lecerf se refuse à crier victoire : « Il faut être très prudent lorsqu’on dit que ça va mieux. On a à peine effectué des efforts considérables de politique volontaire pour le retour à l’emploi des allocataires du RSA qui, c’est vrai, produisent des résultats positifs. »

Mais il n’y a pas que le financement du Revenu de solidarité active (RSA), de l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), ou encore de la prestation de compensation du handicap (PCH) qui plombe le budget des départements. L’accueil des mineurs étrangers isolés, également à leur charge, coûte cher. Et d’autant plus face à l’afflux croissant de personnes migrantes. Le président du Conseil départemental du Nord estime « une facture qui pourrait passer en une année de 30 à 60 millions d’euros ». Et d’ajouter : « Il y a un vrai problème! »

Pour autant, Jean-René Lecerf ne compte pas s’apitoyer sur le sort des départements : « On n’est pas le chœur des pleureuses, mais il ne faut pas que l’État oublie que les départements c’est l’assurance-vie de la République. » « Les seules qui remettent à l’emploi des personnes éloignées de l’emploi ce sont les entreprises, avec l’appui des départements », renchérit-il.

« Si les départements n’arrivent pas à équilibrer leurs comptes, c’est une explosion qui se fera au niveau du pays, et ça il faut aussi que l’État l’entende. »

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le